justice
14:35 30 octobre 2018

Contre-expertise pour déterminer la peine de l’ex-policier Lajoie

TRIBUNAL. Reconnu coupable de divers délits criminels dans le cadre de ses fonctions, l’ex-agent du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Jean-Bernard Lajoie, a réclamé une contre-expertise du rapport présententiel (RPS) devant servir à déterminer la peine à lui être infligée.

Palais de justice de Québec.

(Photo Métro Média – Archives)

Cette démarche plutôt rare requise par son avocat Me Jean-Roch Parent occasionnera un nouveau délai dans cette cause qui chemine depuis bientôt trois ans. L’étape des représentations sur la peine, prévue mardi, a donc dû être reportée, le temps de dénicher un expert privé.

Le RPS présenté en Cour révélait sommairement que Lajoie a été élevé dans une bonne famille, a vécu une enfance heureuse et était très bon à l’école. Ses dérapages vers la drogue seraient attribuables à une rupture amoureuse. Confectionné après une rencontre de 1h15, le document est jugé incomplet par la Défense.

«Mon client veut avoir une contre-expertise au privé à ses frais. Il aimerait éclairer davantage les raisons de sa dépendance aux drogues. C’est son droit le plus strict dans le cadre d’une justice impartiale», a justifié Me Parent.

Le procureur de la Couronne, Me Pierre-Alexandre Bernard s’est opposé en vain à la requête. Le juge Robert Sansfaçon a accepté en disant «pouvoir difficilement refuser à l’accusé le désir de profiter d’une contre-expertise». La démarche impose toutefois un nouveau délai dans le dossier, le temps de réaliser le mandat et produire un rapport.

Divers chefs d’accusation

L’homme dans la trentaine faisait face à divers chefs d’accusation pour trafic de cocaïne, abus de confiance par un fonctionnaire et utilisation non autorisée d’un ordinateur dans ses fonctions. L’ex-policier a été arrêté le 17 novembre 2015, à la suite d’une enquête interne du SPVQ.

Lajoie a une autre cause pendante devant le Tribunal, après avoir été à nouveau arrêté en possession de cocaïne alors qu’il était en liberté conditionnelle dans le cadre des procédures initiales. Depuis ce temps, il a été placé en détention préventive en attendant de connaître sa sentence.

Métro Média

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette