justice
10:54 4 juillet 2018

Peine dans la collectivité pour une fraude informatique

TRIBUNAL. Deux amis, l’un cofondateur de la firme informatique EBR et l’autre haut fonctionnaire au ministère de la Sécurité publique du Québec, ont connu mardi au palais de justice de Québec le dénouement de leur long procès pour avoir instauré un stratagème frauduleux contre le gouvernement. Ils devront purger 18 mois de détention dans la communauté.

Justice.

(Photo Métro Média – Archives)

L’homme d’affaires Mohamed El Khayat et l’employé de l’État québécois Abdelaziz Younsi avaient été reconnus coupables d’avoir comploté dans le cadre d’un contrat de service de 3M$ devant conduire au renouvellement du parc informatique du ministère. L’entente était valable et remplie en bonne et due forme, sauf que les deux individus ont profité de l’occasion pour instaurer un système parallèle de fausse facturation.

Cette supercherie mise au jour après plusieurs mois d’opération aurait permis de surfacturer plus de 300 000$ en pièces et services non rendus. Une perquisition menée chez EBR en juin a permis de mettre à jour la fraude et de porter des accusations. L’entreprise a depuis remboursé au gouvernement les sommes obtenues en trop et cessé ses activités à Québec.

Les accusations portées contre El Khayat et Younsi avaient trait à la fraude, mais aussi à de l’abus de confiance, complot et fabrication de faux documents. En plus des 18 mois de détention dans la collectivité, les accusés devront compléter 240 heures de travaux communautaires.

Mentionnons que Mohamed El Khayat devra à nouveau faire face à la justice dans un dossier judiciaire. Il est en attente de sa sentence après avoir été trouvé coupable dans une autre affaire de contrat informatique, cette fois avec Revenu Québec.

Métro Média

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette