justice
20:30 14 décembre 2016

Autre détour en prison pour un multirécidiviste de l’alcool au volant

TRIBUNAL. Arrêté pour un sixième délit en matière de conduite d’un véhicule avec les facultés affaiblies, Daniel Desjardins a une nouvelle fois vu sa vie prendre un détour derrière les barreaux. Ce restaurateur de Lévis déjà impliqué dans un accident ayant causé la mort d’une autre personne alors qu’il était en état d’ébriété, dans les années 1990, devra purger une peine de 18 mois de prison.

Le restaurateur de Lévis, Daniel Desjardins, a pris de nouveau le chemin de la prison pour une sixième récidive en matière d’alcool au volant. (Photo TC Media – François Cattapan)

Le multirécidiviste de l’alcool au volant a de nouveau été pris en défaut en mars dernier. Selon le récit des faits, Desjardins a percuté une autre voiture en voulant déplacer la sienne dans le stationnement du Boule-O-Drome de Lévis. Sorti difficilement, de l’auto, l’homme de 62 ans était ensuite retourné dans l’établissement pour rapporter une boîte. Après l’avoir difficilement déposée dans le coffre de sa voiture, il était tombé à la renverse. C’est alors qu’un témoin est venu le dissuader de prendre le volant.

Appelés sur les lieux, les policiers ont arrêté Desjardins. Celui-ci avait admis avoir avancé sa voiture dans le stationnement pour y déposer du matériel à la suite de la tenue d’un banquet, après quoi il avait l’intention de prendre un taxi. À l’ivressomètre, le propriétaire d’un restaurant de smoked meat à Lévis affichait un taux de 203 milligrammes d’alcool par millilitre de sang.

Dans sa décision, le juge Christian Boulet a soulevé que l’acte en soi n’avait pas causé de dommages importants. Néanmoins, il a noté qu’il s’inscrivait dans un cycle de récidives multiples en pareille circonstance. À cet égard, Desjardins cumule six condamnations pour alcool au volant. Il a déjà fait deux séjours en prison, dont un en 1992 après avoir causé la mort d’un jeune homme de 27 ans dans un accident de la route alors qu’il avait les facultés affaiblies.

Trois fois la limite

«Parmi les facteurs aggravants, il faut considérer l’âge de l’accusé qui devrait afficher davantage de maturité, surtout qu’il est conscient de son problème de consommation. On doit aussi ajouter le taux élevé d’alcool dans le sang, près de trois fois la limite permise, et l’accrochage survenu dans le stationnement pour lequel le degré de responsabilité est très grand», a fait valoir le juge Boulet. En contrepartie, le plaidoyer de culpabilité et le suivi d’une thérapie pour cesser de boire comptent comme facteurs atténuants.

La décision du magistrat s’établit à mi-chemin entre les suggestions avancées par les parties. La Couronne réclamait 2 ans moins un jour, tandis que la Défense proposait 12 mois. La peine de 18 mois de prison tient compte des efforts de réhabilitation du prévenu, qui a repris contact avec ses proches et souhaite leur démontrer qu’il est une bonne personne. Desjardins se voit également imposer une interdiction de conduire pour 5 ans.

Québec Hebdo

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette