justice
16:35 12 décembre 2016

Les causes de deux policiers de Québec progresseront en 2017

TRIBUNAL. Tous deux accusés de conduite dangereuse ayant résulté en une mort d’homme, les agents patrouilleurs du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Simon Beaulieu et Isabelle Morin, verront leur cause respective procéder en 2017. Reliée à des événements qui ont fait la manchette à un an d’intervalle, à l’automne 2014 et 2015, leur cause respective a franchi une nouvelle étape dernièrement.

Conférence de gestion pour Beaulieu

Accusé de conduite dangereuse d’un véhicule et négligence criminelle causant la mort, le policier Simon Beaulieu reviendra le 10 janvier prochain. Son dossier fera l’objet d’une conférence de gestion en vue de préparer la tenue du procès, qui pourrait débuter en février. Compte tenu des faits et du nombre de témoins à entendre, les avocats prévoient que la cause pourrait se dérouler sur deux semaines.

Rappelons que Simon Beaulieu conduisait l’autopatrouille qui a percuté à mort Guy Blouin, le 3 septembre 2014, à l’occasion d’une interception qui a mal tourné dans le quartier Saint-Roch. Le policier faisait marche arrière lorsqu’il a heurté la victime qui circulait à vélo en sens inverse sur la rue Saint-François Est, près du parvis de l’église. Le cycliste s’est retrouvé sous le véhicule policier et a succombé à ses blessures peu de temps après son arrivée à l’hôpital.

Enquête préliminaire pour Morin

Faisant face à une accusation de conduite dangereuse ayant causé la mort du motocycliste Jessy Drolet, en septembre 2015 sur l’autoroute Laurentienne, la cause de la policière Isabelle Morin reviendra au printemps. Les procureurs ont fixé au 11 avril prochain la suite des procédures au stade de l’enquête préliminaire.

Rappelons que la patrouilleuse du SPVQ a été impliquée dans un tragique accident de la route, le 10 septembre 2015. Tentant un demi-tour dans une zone de travaux, elle s’est trouvée à couper le chemin au motocycliste qui a percuté violemment l’autopatrouille. L’homme de 38 ans est mort sur le coup. L’enquête confiée à la Sûreté du Québec avait confirmé que l’autopatrouille ne répondait pas à un appel d’urgence au moment des faits.

Québec Hebdo

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette