justice
18:35 20 décembre 2016

Décision rendue mercredi sur la remise en liberté de l’ex-juge Delisle

TRIBUNAL. Depuis le début de la semaine, l’ambiance est fébrile au palais de justice de Québec dans l’attente de la décision de la Cour supérieure concernant l’ex-juge Jacques Delisle. On devrait avoir la réponse mercredi sur la requête pour remise en liberté déposée l’automne dernier par ses avocats. Cette démarche intervient pendant l’ultime procédure de révision judiciaire de son dossier, qui s’est soldé en 2012 par une condamnation pour le meurtre de sa conjointe.

Impatients, certains médias ont relayé la rumeur voulant que le juge Benoît Moulin rende sa décision mardi. Ils s’appuyaient en ce sens sur son intention de le faire avant les vacances des Fêtes. Le magistrat avait même allégué que si les procédures plus longues que prévu ne s’étaient pas étirées au-delà du jeudi 8 décembre, il aurait pu se prononcer le vendredi 16 décembre suivant.

C’est ce qui a fait croire à plusieurs journalistes que l’échéance était imminente. Toutefois, d’autres plus prudents estimaient que la promesse du juge Moulin de s’exécuter avant les Fêtes restait valable jusqu’au 22 décembre. Sa décision peut donc être rendue ce mercredi voire jeudi.

Rappelons que les audiences pour la requête de remise en liberté se sont tenues sur plus de huit jours cet automne. Cette procédure exceptionnelle avait lieu en attendant la révision judiciaire du verdict de culpabilité prononcé contre le juge à la retraite Jacques Delisle pour le meurtre de sa conjointe.

L’homme de 81 ans espère retourner dans son condo de Sillery, pendant qu’un comité étudie s’il y a eu erreur judiciaire dans le dossier. Un rapport doit être soumis d’ici 12 mois au ministère fédéral de la Justice.

Bataille d’experts

Devant les échanges prolongés autour d’arguments balistiques et scientifiques, le juge Benoît Moulin a dû rappeler à plusieurs reprises aux parties qu’il n’avait pas à choisir entre deux théories expertes. «Je dois prendre en considération chacune des positions, dit-il, afin d’évaluer le dossier et voir si les nouvelles informations mettent en doute la justesse du verdict. Mais, avant tout, il faut soupeser si une remise en liberté sous conditions ébranlerait la confiance du public en la justice.»

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *