justice
17:29 30 août 2016

Pornographie juvénile: Jonathan Bettez libéré

AVEC LA COLLABORATION DE MARIANNE CÔTÉ

JUSTICE. Témoin important dans l’affaire Cédrika Provencher, le Trifluvien Jonathan Bettez, 36 ans, a été accusé mardi matin de possession, de distribution et d’accession à de la pornographie juvénile. Il a été remis en liberté sous certaines conditions.

Il fait face à six chefs d’accusation. Bettez est accusé d’avoir rendu accessible de la pornographie juvénile entre le 4 novembre 2009 et le 30 septembre 2013. Durant la même période, l’accusé aurait eu en sa possession de la pornographie juvénile en vue de la transmettre, de la rendre accessible, de la distribuer, de la vendre ou de l’exporter.

Avant que l’accusé entre dans la salle d’audience, le juge s’est adressé aux gens dans la salle pour leur demander que la comparution se fasse dans le calme et le respect. Les parents et la soeur de la petite Cédrika étaient dans la salle. Au moment où le juge a lu à l’accusé les chefs d’accusation auxquels il faisait face, Bettez avait la tête baissée ainsi que le regard fixe et vide.

Vers 12h15, on apprenait que Jonathan Bettez sera remis en liberté sous certaines conditions. Il lui est notamment interdit d’être dans un endroit public en présence de personnes de moins de 16 ans. Il doit également remettre son passeport et débourser une somme de 5 000 $. La Couronne ne s’est pas opposée à sa remise en liberté.

Rappelons que lundi, trois perquisitions en lien avec de la pornographie juvénile ont été menées par la Sûreté du Québec et la Sécurité publique de Trois-Rivières. L’une a été faite à l’entreprise Emballages Bettez, sur le boulevard des Recollets, et les deux autres dans des résidences situées sur la rue Arthur-Guimont et la rue Goyer. Une quinzaine de policiers et enquêteurs étaient impliqués dans l’opération menée chez Emballages Bettez.

Insultes et jurons

Quelques citoyens étaient présents tôt mardi matin sur le terrain du palais de justice de Trois-Rivières. Ils attendaient l’arrivée de l’accusé. À sa sortie du véhicule, celui-ci s’est fait injurier jusqu’à ce qu’il soit hors de vue. De nombreux jurons et insultes lui ont été lancés. «En prison! Depuis le temps que j’attends ce moment-là», lui a dit une femme.

Photo TC Media – Audrey Leblanc

Audrey Leblanc


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette