justice
14:17 16 août 2016

Un policier de Québec reconnu coupable de conduite imprudente d’un véhicule de patrouille

POLICE. Un agent du Service de police de la Ville de Québec, Frédéric Métivier, est reconnu coupable d’avoir conduit imprudemment son véhicule de patrouille, causant un accident lors d’une poursuite avec un motocross à Charlesbourg.

(Photo Archive – Guy Martel)

Le 21 mai 2012, l’agent Frédéric Métivier s’engage dans une poursuite avec un motocross après avoir reçu une plainte dans le secteur de la rue Jobidon, à Charlesbourg. L’agent patrouille alors dans un secteur autre que celui de Limoilou auquel il est habituellement assigné. Lorsque son partenaire et lui croisent un motocross sans phare et bruyant, à grande vitesse en direction ouest sur le boulevard Louis XIV, les deux agents «décident d’intervenir» et s’engagent dans une poursuite au cours de laquelle ils perdront le motocross de vue, indique le rapport décisionnel du Commissaire à la déontologie policière.

Lire l’article d’archive ici: Accident impliquant une auto-patrouille de la police de Québec à Beauport

Les faits pour lesquels l’agent Métivier est aujourd’hui blâmé surviendront au feu de circulation de l’intersection de la rue Seigneuriale. Après «avoir ralenti en approchant de l’intersection», l’auto-patrouille qu’il conduit sera percutée par un véhicule arrivant du sud sur Seigneuriale. «Sous la force de l’impact, le véhicule de patrouille a fait un 180 degrés et s’est immobilisé».

Dans les circonstances, le Comité de déontologie conclut que l’agent Métivier, bien qu’il ait ralenti à l’intersection, «a commis une faute en n’immobilisant pas son véhicule de patrouille au feu rouge étant donné que, n’étant pas dans sa zone de patrouille habituelle, il ne connaissait pas ce secteur en général et cette intersection en particulier. Un policier non familier avec un secteur doit redoubler de prudence», tranche le Commissaire Me Pierre Drouin. «S’immobiliser totalement lui aurait donné davantage de temps pour mieux visualiser l’intersection et […] pour être vu par les automobilistes.»

Le Comité de déontologie laisse en revanche tomber un deuxième chef d’accusation en lien avec des faussetés incluses au rapport d’accident soumis par l’agent Métivier. Des erreurs soulevées dans le rapport, notamment le fait d’avoir d’abord mentionné s’être «immobilisé» plutôt que d’avoir «ralenti entre 5 et 10 km/h à l’intersection avant d’accélérer pour la traverser» constitue une erreur de «bonne foi». «Le témoignage sincère du policier et l’étude de l’ensemble de la preuve ne démontrent d’aucune manière qu’en utilisant le terme immobilisé il a agi malhonnêtement dans le but d’induire un lecteur en erreur», tranche Me Drouin.

L’agent Frédéric Métivier doit revenir à nouveau devant le Comité de déontologie policière d’ici la fin du mois.

Québec Hebdo

Monica Lalancette


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette