justice
16:50 29 août 2016

Nouvelles accusations contre une propriétaire de garderie

TRIBUNAL. S’étant livrée elle-même, lundi matin, à la suite de l’émission d’un mandat d’arrestation à son endroit, Karima Ben-Khalfallah était de retour au palais de justice de Québec. Exploitant un service en milieu familial, la femme fait face à de nouvelles accusations pour des voies de fait sur des jeunes enfants qui lui étaient confiés.

Lors de sa comparution devant le juge Jean Asselin, la résidente de Québec originaire de Tunisie a dû répondre de cinq nouveaux chefs d’accusation pour des voies de fait dont un avec utilisation d’un objet considéré comme une arme dans le langage juridique. Les faits reprochés à la femme de 41 ans se seraient déroulés entre 2012 et 2014 et concerneraient quatre victimes âgées de quelques mois à 2 ans.

Après divulgation de la preuve à la Défense, le juge Asselin a accepté de remettre l’accusée en liberté, moyennant le respect de conditions sévères. Celles-ci comportent notamment l’engagement d’une caution de 2000$, l’obligation de mentionner à la Cour tout changement d’adresse, ainsi que des interdictions de communiquer avec les victimes ou leurs parents, de travailler dans une garderie, d’occuper tout emploi auprès des enfants et de posséder des armes.

La cause sera jointe à un précédent dossier en semblable matière, qui est appuyé d’ailleurs sur les mêmes éléments de preuve. Ben-Khalfallah reviendra devant le Tribunal le 12 octobre, pour la forme au stade de l’orientation des procédures.

Arrestation précédente

L’accusée avait déjà fait l’objet d’une dénonciation qui avait menée à son arrestation le 31 décembre 2015. La résidente du quartier Saint-Sacrement avait comparu le 4 janvier dernier pour des accusations de voies de fait sur un bambin de 2 ans. Elle avait été libérée sous promesse de comparaître, moyennant plusieurs conditions dont un engagement personnel de 3000$.

À l’époque, Ben-Khalfallah faisait de la publicité sur Internet mentionnant qu’elle était responsable d’un service de garde en attente d’accréditation. Elle mettait l’accent sur l’offre d’un «environnement sécuritaire».

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *