justice
16:39 17 novembre 2016 | mise à jour le: 17 novembre 2016 à 16:39 temps de lecture: 3 minutes

Bryan Demers-Thibeault incarcéré 15 ans pour meurtre

TRIBUNAL. Reconnu coupable du meurtre au deuxième degré d’un cochambreur dans Limoilou en 2014, après trois jours de délibération du jury vendredi soir dernier, Bryan Demers-Thibeault a été condamné à purger une peine de pénitencier minimale de 15 ans. En tenant compte de sa détention provisoire depuis son arrestation peu de temps après le drame, il ne pourra demander une libération conditionnelle avant 2029.

La juge Michèle Lacroix a rendu une décision écrite mitoyenne entre les suggestions faites par les parties. Lors des représentations sur la peine, la Couronne représentée par Me Josée Lemieux avait réclamé 18 ans d’incarcération. Du côté de la Défense, Me Sébastien St-Laurent proposait un emprisonnement de 10 ans.

Les faits remontent au 17 mai 2014, vers 2h, alors que deux hommes se chamaillent sur la 1re Avenue au coin de la 5e Rue à Québec. Robert Lepage tombe au sol blessé mortellement, tandis que Demers-Thibeault s’enfuit avec un couteau à la main. Recherché, il est retrouvé et arrêté la journée même, avant d’être mis en accusation pour la mort de la victime âgée de 52 ans.

Dans son analyse, la juge Lacroix a rappelé un principe fondamental voulant que «la peine soit proportionnelle à la gravité de l’infraction et au degré de responsabilité du délinquant». À cet égard, elle a noté que Demers-Thibeault s’était acharné sur la victime, lui infligeant 29 coups de couteau à la tête et au cou, en plus de cumuler de multiples antécédents judiciaires et de présenter un haut risque de récidive.

«Je ne vois aucun facteur atténuant, si ce n’est que pendant sa détention l’accusé s’est montré intéressé à apprendre le français. Lui qui, depuis plusieurs années, n’a pas vraiment eu de domicile fixe selon ses dires. Qui sait, développera-t-il un intérêt pour les études dans le but d’améliorer ses chances de réinsertion sociale au moment de sa libération», a observé la magistrate.

Exceptionnellement, la juge Lacroix avait demandé à chaque juré de lui soumettre leur recommandation pour la peine à imposer. La majorité d’entre eux (9 sur 12) ont suggéré l’emprisonnement pour 17 à 23 ans, mais elle n’en a pas tenu compte, considérant davantage les suggestions des parties.

La famille s’est montrée insatisfaite de la peine prononcée, la qualifiant de trop clémente. «Seulement 15 ans, ce n’est vraiment pas assez pour le crime qu’il a commis et les torts qu’on a subis. J’aurais voulu qu’il passe le reste de ses jours en dedans. J’espérais qu’il pourrisse en prison», a témoigné Monya Sauvé, fille de la victime.

Autre accusation de meurtre

Le séjour derrière les barreaux de l’homme de 31 ans pourrait bien se prolonger. En effet, aussitôt la peine prononcée dans le dossier du meurtre survenu au printemps 2014 à Limoilou, la Couronne a déposé un nouveau mandat d’arrestation contre le détenu pour des faits similaires survenus antérieurement.

Ainsi, Bryan Demers-Thibeault est soupçonné d’avoir causé la mort de Stéphane Cormier, entre le 1er mars et le 30 avril, à Drummondville. Dans ce cas, il s’agit d’une accusation de meurtre au premier degré. Le corps de la victime n’a jamais été retrouvé depuis les faits, mais des éléments de preuve cumulés au fil de l’enquête sont suffisants pour incriminer sérieusement le prévenu.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *