justice
15:21 12 mars 2018 | mise à jour le: 12 mars 2018 à 15:21 temps de lecture: 2 minutes

Appel accordé à Rénald Lambert… mais pas à Alain Perreault

TRIBUNAL. Deux dossiers médiatisés ont connu des rebondissements, lundi, au palais de justice de Québec. D’abord, l’ex-masseur Rénald Lambert, trouvé coupable d’agressions sexuelles sur des clientes d’AmérisSpa et du SkySpa a obtenu la permission d’en appeler du jugement rendu contre lui en début d’année.

Palais de justice de Québec.

(Photo TC Media – Archives)

La Cour de révision autorise la demande de réévaluer les peines totalisant 30 mois d’emprisonnement, imposées le 10 janvier dernier par la juge de la Cour du Québec, Hélène Bouillon. Celles-ci faisaient suite à sa déclaration de culpabilité à quatre chefs d’accusation d’agression sexuelle sur autant de jeunes femmes.

Selon le jugement rendu, Rénald Lambert «entend soulever en appel que la peine n’est pas proportionnelle à la gravité des infractions et à son degré de responsabilité. Il veut aussi soulever que la juge n’a pas tenu compte de certains facteurs atténuants, notamment par rapport à sa situation post-délictuelle».

Les parties ont jusqu’au 1er mai, dans le cas de la Défense (appelante), et au 14 juin pour la Couronne (intimée), afin de déposer leur argumentaire écrit. La cause sera entendue le mardi 10 juillet, à la salle 4,33.

Rappelons que la juge Bouillon n’avait pas cru l’argument de la Défense voulant qu’il s’agissait de gestes accidentels. Fait exceptionnel, sa sentence se composait d’une peine de 12 mois, à laquelle s’ajoutaient trois autres peines consécutives de 6 mois, pour un total de 30 mois d’incarcération.

Fin d’une saga judiciaire

Ensuite, un second dossier a retenu l’attention du côté de la Cour d’appel. Cette fois, le meurtrier Alain Perreault a échoué dans son ultime tentative à faire réviser son procès. Soulignons que l’individu de 55 ans purge actuellement une peine de prison à vie pour le meurtre de Lyne Massicotte, une femme de Chambly venu le rencontrer à Limoilou.

Reconnu coupable au terme d’un second procès en 2016, pour cette sordide histoire qui remonte à 2003, Perreault espérait à nouveau faire renverser le verdict défavorable en Cour d’appel. Ce pourrait donc être la fin de cette saga judiciaire, qui avait nécessité le déploiement d’une opération «Mister Big». Le corps de la victime n’a jamais été retrouvé.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *