justice
12:00 15 mai 2017 | mise à jour le: 15 mai 2017 à 12:00 temps de lecture: 2 minutes

Arrêt des procédures contre Mohamed Mehdi Ghanmi

TRIBUNAL. Accusé à tort plus tôt cet hiver d’une agression sexuelle qui serait survenue dans les résidences étudiantes de l’Université Laval, Mohamed Mehdi Ghanmi a bénéficié d’un arrêt des procédures, la semaine dernière au palais de justice de Québec.

Justice

Depositphotos.com – belchonock

L’étudiant d’origine tunisienne a accueilli la décision avec un mélange de soulagement et de déception. Certain de n’avoir rien à se reprocher, il déplorait de n’avoir pas pu exposer sa version des faits et d’avoir été traité par la police comme s’il était déjà coupable des crimes reprochés un peu rapidement.

Rappelons que les policiers étaient intervenus le 6 février au pavillon Alphonse-Marie-Parent, sur le campus de l’Université Laval, à la suite d’une plainte pour agression sexuelle. Il s’est avéré finalement que la victime avait initié les démarches pour avoir une relation sexuelle avec Mohamed Mehdi Ghanmi. En voyant que les ébats allaient plus loin que prévu, la jeune femme également étudiante étrangère aurait pris panique et quitté les lieux. Une confidente lui aurait conseillé de porter plainte.

L’étudiant n’en veut pas à plaignante et n’a pas l’intention de réclamer de dédommagements. Il espère toutefois  en arriver à une entente avec l’Université Laval pour pouvoir y compléter sa formation. La direction de l’établissement a signifié à Radio-Canada que le dossier du jeune homme était en cours de révision.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *