justice
15:35 3 février 2017 | mise à jour le: 3 février 2017 à 15:35 temps de lecture: 2 minutes

Beaupré incarcéré pour exhibitionnisme devant les gardiens de son enfant

TRIBUNAL. Ayant reconnu sa culpabilité à des accusations amendées par déclaration sommaire d’exhibitionnisme et d’incitation à des contacts sexuels sur deux jeunes de moins de 16 ans venus garder son enfant de 3 ans, Dave Beaupré a pris le chemin de la prison pour 9 mois.

Dave Beaupré recrutait des ados sur Internet pour garder son enfant. (Photo TC Media – Archives)

L’homme de Québec âgé de 30 ans passait des annonces dans Internet pour recruter des ados pour leur donner un contrat de gardiennage. Dès la visite initiale, il mettait les jeunes gardiens à l’essai en leur demandant de se dévêtir «pour respecter le style de vie nudiste de la maison».

Selon le rappel des délits remontant en août 2014, l’accusé aurait mis son manège à exécution devant une première plaignante de 15 ans. Celle-ci n’est plus jamais revenue garder, après que Beaupré ait exhibé ses organes génitaux et se soit masturbé assis à côté de la jeune fille.

À une autre occasion, en novembre de la même année, le prévenu a fait subir le sort à un garçon de 14 ans. Après avoir exhibé à nouveau ses organes génitaux, Beaupré a cette fois incité la victime à embrasser la vulve de sa conjointe Émilie Labonté pendant qu’elle lui prodiguait une fellation. La jeune femme également été accusée pour incitation à des contacts sexuels et a récemment reçu une peine de 6 mois de détention.

Suggestion commune

La suggestion concertée des parties pour une peine globale de 10 mois et 10 jours de prison à infliger à Beaupré a été entérinée par le juge René De la Sablonnière. En y soustrayant la détention provisoire de l’accusé, qui a passé l’équivalent de 40 jours en détention après son arrestation, il lui reste un résiduel de 9 mois à purger.

Cette décision prend en compte le contenu d’un rapport sexologique prédécisionnel confectionné pour évaluer le comportement de Beaupré. La peine est également assortie d’une probation de 3 ans, d’une inscription à perpétuité au registre des délinquants sexuels, d’un prélèvement d’ADN, d’une interdiction de se trouver seul dans les parcs publics et de travailler auprès des jeunes de moins de 16 ans, ainsi que d’une obligation de suivre toute thérapie nécessaire.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *