justice
13:01 16 février 2017 | mise à jour le: 16 février 2017 à 13:01 temps de lecture: 3 minutes

Colosse Plamondon cité à procès pour incendie criminel

TRIBUNAL. Remis en liberté après un long emprisonnement pour des meurtres qui n’ont pu lui être attribués, Yves «Colosse» Plamondon n’a pas mis de temps à revenir dans la mire du système judiciaire. En plus de devoir subir un procès pour vol qualifié, voilà que l’individu de 66 ans bien connu en basse-ville de Québec a vu s’ajouter à son dossier une accusation pour incendie criminel.

Le feu a détruit l’abri et le véhicule du propriétaire du bar Le Kirouac.

(Photo gracieuseté – SPVQ)

Après avoir écouté les parties débattre sur l’identité du suspect à l’étape de l’enquête préliminaire, mardi, le juge Jean-Paul Aubin  a évalué que la preuve était suffisante pour convoquer Plamondon à procès. Ce dernier reviendra aux assises du 27 février en vue d’établir la suite des procédures judiciaires.

Selon le récit du procureur de la Couronne, Me Jean-Simon Larouche, les faits reprochés au célèbre détenu de Donnacona se seraient déroulés dans la nuit du 10 décembre 2014. À cette date, deux complices ont déclenché un incendie qui a détruit le véhicule du propriétaire du bar Le Kirouac dans l’abri temporaire voisin de l’établissement.

Des images vidéo captées sur caméra de surveillance démontrent, d’après la conviction de l’enquêteur au dossier, qu’un des suspects n’est autre que «Colosse». Il y est vu sortant de chez lui sur la rue Kirouac vers 4h49, puis approchant du bar à l’angle de la rue Saint-Luc un peu après 5h. L’incendie a été signalé à 5h12, par un témoin qui précisera avoir vu deux individus en fuite. Enfin, Plamondon est filmé rentrant chez lui vers 5h20.

Toujours à partir de la prétention de la police de Québec, le suspect principal dans cette affaire était soupçonné à l’époque d’avoir allumé d’autres incendies du genre. La vieille technique de représailles serait liée à la distribution de drogue. C’était pour suivre les allées et venues de «Colosse» qu’une caméra avait été cachée près de chez lui.

L’avocat de la Défense, Me Vincent Montminy, s’est empressé de soulever un doute au sujet de l’identité des suspects. Il a notamment plaidé que la preuve présentée était hautement circonstancielle et que rien ne permettait d’identifier clairement son client. Le juge Aubin a toutefois été convaincu du contraire par la chronologie des événements, en lien avec la preuve vidéo et vestimentaire déposée.

Procès et poursuite

Outre l’ajout d’une nouvelle accusation pour incendie criminel, le prévenu devra prochainement subir un procès pour un vol qualifié. Le délit a été commis en 2015 à la caisse populaire de Saint-Apollinaire, sur la Rive-Sud.

Rappelons que «Colosse» Plamondon est cet ex-détenu qui a passé 28 ans dans un pénitencier pour trois meurtres qu’il jure ne pas avoir commis. Il a fini par obtenir un arrêt des procédures. À la suite de sa libération, au printemps 2014, il a intenté une poursuite de 35M$ contre le Procureur général et la Sûreté du Québec. L’affaire suivra son cours ultérieurement.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *