justice
16:35 24 janvier 2017 | mise à jour le: 24 janvier 2017 à 16:35 temps de lecture: 3 minutes

Falardeau-Laroche accusé de négligence causant la mort de Marie-Pier Gagné

TRIBUNAL. Jonathan Falardeau-Laroche, 22 ans, a comparu, mardi matin au palais de justice de Québec. Il fait face à trois chefs d’accusation pour négligence criminelle. Un en lien avec la mort de Marie-Pier Gagné, happée par sa voiture en août dernier, tandis que deux autres réfèrent à des lésions corporelles subies par le bébé qui a survécu au décès de la jeune maman alors enceinte, ainsi que par une autre victime de l’accident.

Le 10 août 2016, Marie-Pier Gagné perdait la vie après avoir été happée à une traverse piétonnière du boulevard Laurier à Québec, à son retour d’une consultation médicale en lien avec sa grossesse. Enceinte de 39 semaines, la jeune femme avait été maintenue en vie, le temps que les médecins sauvent la petite fille qu’elle portait. Elle est décédée des suites de ses blessures au bout de quelques heures.

Ce drame vécu par cette maman de 27 ans résidente de Lévis et sa famille a ému la région de Québec et l’ensemble de la province. Des dons ont afflué via un site Internet de sociofinancement, pour venir en aide au père et à sa petite miraculée qui avait notamment subi une fracture du crâne lors du terrible accident.

En cours d’enquête, des informations ont circulé à l’effet que Falardeau-Laroche était atteint d’épilepsie. Sa condition médicale pourrait être reliée à l’accident. Le jeune homme aurait même précédemment reçu l’avis de ne pas conduire son véhicule. C’est ce que la Couronne tentera de mettre en évidence lors du procès.

Lors de l’accident, le jeune automobiliste a foncé sur le terre-plein central du boulevard Laurier où Marie-Pier Gagné attendait pour traverser. La jeune maman a été projetée dans les airs sur plusieurs mètres, pendant que la voiture en perdition arrêtait sa course dans un autre véhicule faisant une blessée parmi ses occupants. L’enquête policière s’est prolongée sur plusieurs mois, le temps d’obtenir les analyses médicales, les expertises du véhicule et de rencontrer le conducteur fautif.

Liberté sous conditions

Après divulgation de la preuve à la Défense, le procureur de la Couronne, Me Thomas Jacques a indiqué qu’il n’y avait pas objection à la remise en liberté de l’accusé. Parmi les sévères conditions imposées à Falardeau-Laroche, mentionnons en engagement personnel de 5000$ sans versement et un autre de 5000$ avec dépôt de ses parents, ainsi que les obligations de rester chez son père à Québec, de ne pas conduire de véhicule à moteur durant les procédures et de prendre sa médication prescrite pour son état.

Durant sa brève comparution, le jeune homme est resté impassible. Son regard fixait essentiellement le sol, avec des coups d’œil furtifs vers la salle d’audience. La cause reviendra devant la Cour à l’étape de l’orientation le 24 avril prochain. Le délai est justifié par la Défense en raison de l’imposante preuve, ainsi que de la nécessité d’effectuer des recherches.

(Avec la collaboration de Monica Lalancette)

Voir la vidéo des explications de la Couronne dans cette cause.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *