justice
13:05 21 janvier 2017 | mise à jour le: 21 janvier 2017 à 13:05 temps de lecture: 4 minutes

Le père-grand-père coupable sur presque toute la ligne

JUSTICE. Le couperet est tombé vendredi sur Jacques Roger Lesage, le désormais tristement célèbre père-grand-père incestueux de Val-des-Monts.

Au terme de deux journées complètes de délibérations au palais de justice de Gatineau, le jury a fait son entrée en salle d’audience peu après 15h, prêt à rendre son verdict et, du même coup, à mettre un terme aux nombreuses spéculations.

Chef par chef, le juré numéro 1 a fait connaître la décision des huit femmes et quatre hommes, sous le regard attentif et nerveux des trois filles de l’homme de 79 ans, Lucie, Nathalie et Chantal, qui prenaient place dans la première rangée.

Le septuagénaire a été déclaré coupable de quatre des six accusations portées contre lui lors de son inculpation en 2014, soit de trois chefs d’inceste et d’un d’attentat à la pudeur.

En contrepartie, il a été acquitté d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur sur sa fille Chantal, celle née d’une relation extraconjugale. À l’annonce de la décision, la dame de 45 ans a rapidement quitté la salle de cour en pleurs, visiblement sous le choc. Elle y est revenue quelques minutes plus tard.

Assis dans le box des accusés, Lesage, lui, n’a démontré aucune émotion en écoutant le verdict, à l’instar de l’entièreté des deux dernières semaines au cours desquelles les victimes ont relaté des récits à glacer le sang.

L’accusé «satisfait»

Devant les journalistes massés au rez-de-chaussée de l’édifice Jos-Montferrand, les avocats du prévenu ont confié que leur client était «satisfait» du verdict rendu. «Dans les circonstances, il va bien», a fait savoir Me Antonio Cabral quelques minutes après s’être entretenu avec lui.

Le criminaliste de Montréal n’a cependant pas caché que son client avait trouvé pénible le début du procès, surtout le témoignage de Lucie, à qui il a véritablement fait vivre l’enfer pendant plus de 30 ans, de 1971 à 2004.

«Ç’a été très difficile pour lui. Comme on l’a vu, sa voix était basse, son dos était courbé. Ç’a l’a affecté beaucoup», a indiqué Me Cabral.

De son côté, Me Jacky-Éric Salvant a dit respecter à la décision du jury. «Justice a été rendue», a-t-il concédé.

Questionnés à savoir si leur client profite de conditions de détention particulières à la prison de Hull depuis son admission il y a 26 mois, les deux procureurs ont noté que c’est le cas.

«Il a des conditions différentes des autres détenus en raison de sa condition médicale et des accusations portées contre lui», a expliqué Me Cabral. Lesage a entre autres subi l’ablation du pénis en raison d’un cancer. La défense dispose maintenant de 30 jours pour en appeler du verdict prononcé.

Des crimes «scabreux»

Avouant éprouver une certaine déception devant l’acquittement de l’accusé sur les chefs relatifs à Chantal Knippenberg, la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales au dossier, de son côté, entend recommander au juge de la Cour supérieure Michel Pennou l’imposition d’une peine exemplaire.

«La peine que le ministère public va suggérer au tribunal va représenter la gravité objective des crimes et leur caractère scabreux», a indiqué Me Nadine Piché. L’inceste est passible de 14 ans de pénitencier, stipule le Code criminel.

«Ç’a été un procès très émouvant. (…) Ce n’était pas la complexité en droit, mais plutôt au niveau des émotions», a ajouté la procureure de la poursuite.

Lors de son témoignage, Jacques Roger Lesage avait admis avoir abusé Lucie, à qui il a fait trois enfants, mais avait nié en bloc les allégations de ses deux autres filles.

Les deux parties seront de retour devant le magistrat mardi prochain alors que se tiendront les représentations sur sentence.

(Éric Moyneur – TC Media)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *