justice
23:43 28 février 2017 | mise à jour le: 28 février 2017 à 23:43 temps de lecture: 4 minutes

Fin de la saga pour meurtre de Bertram Dow

TRIBUNAL. Les longs démêlés judiciaires du Gaspésien Bertram Dow, accusé d’homicide non prémédité sur un voisin à la suite d’une dispute, vont finalement aboutir à une conclusion. Après avoir plaidé coupable en janvier dernier, l’accusé de 61 ans s’est vu imposer une peine de détention à perpétuité.

Bertram Dow a pris le chemin des cellules pour une courte période.

(Photo TC Media – Archives)

Le séjour derrière les barreaux de Dow pourrait toutefois être de courte durée. La suggestion commune des parties, dans cette cause remontant au milieu des années 2000, tient compte de la détention provisoire du prévenu. Celle-ci s’élève à plus de 11 ans entre son arrestation après les événements survenus en mars 2004 et sa remise en liberté en avril 2015. Or, une peine pour meurtre au second degré prévoit une possibilité de demande de libération conditionnelle après… 10 ans de pénitencier.

De l’avis de l’avocat de la Défense, Me Marcel Guérin, son client a été gardé détenu à la suite de l’acceptation de la suggestion commune par le juge Serge Francoeur. Il le restera pendant les prochains jours, le temps de présenter son dossier pour se prévaloir d’une libération conditionnelle.

Pour la première fois depuis le drame qui a coûté la vie à Russel Duguay, l’accusé a exprimé ses regrets aux proches du disparu. Dans une note rédigée en anglais, il a dit n’avoir pas voulu que ça arrive. Il sait que la famille a perdu un membre pour toujours et déplore ne rien pouvoir faire pour remédier à la situation.

De son côté, le procureur de la Couronne, Me René Verret, a souligné sa satisfaction de voir cette histoire aboutir enfin. Il trouvait terrible que les proches doivent attendre tant de temps avant de connaître un dénouement à ce dossier. Le plaidoyer de culpabilité enregistré en début d’année par Dow a été source de soulagement. Il faut considérer que la cause a été portée en appel à deux reprises avec succès depuis 2006. Près de 13 ans après les faits, leur admission par l’accusé aura mis un terme aux procédures.

Retour en 2004

Par un jour de mars 2004, Dow en état d’ébriété s’était disputé avec des voisins de Port-Daniel. Revenu avec une arme à feu, il avait atteint mortellement Russel Duguay et tiré en direction du fils de ce dernier, Byron, sans l’atteindre. Les causes de meurtre et de tentative de meurtre ont été traitées séparément depuis le début des procédures. Cette seconde accusation vient d’être réduite à des voies de fait graves et intégrée à la peine pour homicide.

Rappelons que l’homme de 61 ans avait été précédemment reconnu coupable du meurtre une première fois en 2006. Il avait alors reçu une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans. L’accusé d’expression anglaise a obtenu un second procès en 2010, parce que ses droits linguistiques n’avaient pas été respectés. Un troisième procès a ensuite été ordonné en mars 2015, cette fois en raison d’une faute de droit dans l’adresse du juge au jury.

Le troisième procès de Dow, devant commencer en janvier dernier, avait été déplacé au palais de justice de Québec pour deux principales raisons. D’une part, il devenait difficile de former un jury en Gaspésie avec des gens n’ayant pas ou peu entendu parler de cette cause. D’autre part, en plus d’être le siège de la Cour d’appel, Québec dispose des ressources pour tenir un procès en anglais, comme l’accusé était en droit de l’exiger.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *