justice
17:00 11 avril 2017 | mise à jour le: 11 avril 2017 à 17:00 temps de lecture: 4 minutes

Retour en Cour du réseau de vols de remorques et de la policière Morin

TRIBUNAL. Deux importants dossiers sont revenus à des étapes préliminaires au palais de justice de Québec. Il s’agit du réseau de vols de marchandises, démantelé dans le cadre de l’opération policière «OBLIGER», ainsi que de la policière de Québec, Isabelle Morin, accusée de conduite dangereuse ayant causé la mort d’un motocycliste sur l’autoroute Laurentienne.

La juge Marie-Claude Bélanger, de la Cour du Québec, a pris la cause en délibéré et rendra sa décision le 5 avril.

DepositPhotos.com/vladru

Réseau gardé détenu

Après plusieurs comparutions sommaires et reports de date, les présumés dirigeants du réseau démantelé de vols de marchandises dans des camions-remorques attendent toujours qu’on procède individuellement à leur enquête sur remise en liberté. Le processus dans un dossier de cette ampleur s’avère plus complexe étant donné la preuve volumineuse à analyser par les enquêteurs.

C’est justement au niveau de la transmission de cette imposante preuve aux avocats de la Défense que les procédures traînent en longueur. Un complément de divulgation ne leur a pas encore été remis concernant spécifiquement les fichiers d’écoute électronique ayant mené aux arrestations du réseau.

Trois des principaux acteurs reviendront à une nouvelle date pour subir leur enquête sur cautionnement. Il s’agit de Maxime Demers (28 chefs de complot) et Steve Fortin (14 chefs de complot) le 25 avril, de même que Claude Robert (36 chefs de complot) le 10 mai.

Rappelons que le Service des enquêtes sur les crimes majeurs (SECM) de la Sûreté du Québec a procédé, le 8 mars dernier, au démantèlement d’une organisation criminelle active dans des vols de marchandise et de véhicules de luxe. Baptisée «OBLIGER», cette opération ciblait depuis plusieurs mois un réseau procédant à du vol et du recel à grande échelle. Le groupe opérait au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Un groupe de 14 suspects âgés entre 20 et 56 ans a été arrêté et la plupart d’entre eux ont déjà comparu au palais de justice de Québec. Ils sont accusés de divers chefs de complot pour avoir dérobé des remorques de camion, dont les cargaisons étaient destinées à la revente. La somme des vols atteint plus de 5,3M$ et la valeur des véhicules récupérés ou saisis atteint plus de 3,1M$ provenant de 78 dossiers enquêtés.

Longues procédures pour Morin

Accusée de conduite dangereuse ayant causé la mort du motocycliste Jessy Drolet, en septembre 2015 sur l’autoroute Laurentienne, la policière, Isabelle Morin, a assisté à une conférence de gestion en début de semaine. Cette étape est souvent nécessaire lorsqu’une cause s’annonce complexe et longue. Le juge coordonnateur Jean-Louis Lemay a voulu débroussailler le terrain, afin de planifier la suite des procédures.

Des éléments comme la reconstitution de la scène de l’accident, la contre-expertise en la matière, ainsi que les observations des experts et des témoins font en sorte que les parties ont besoin de temps pour se préparer. Deux dates ont été fixées pour la suite des choses, soit le 14 septembre pour l’audition de trois requêtes sur deux jours, puis le 27 novembre pour la tenue du procès sur 10 jours.

Précisons que la patrouilleuse du Service de police de la Ville de Québec a été impliquée dans un tragique accident de la route, vers 23h le 10 septembre 2015. Elle tentait alors d’effectuer un demi-tour dans une zone de travaux où les voies étaient partagées par des cônes. Se trouvant à couper le chemin au motocycliste dans sa manœuvre, celui-ci n’a pu éviter le véhicule en travers qu’il a percuté violemment du côté passager. L’homme de 38 ans est mort sur le coup.

Une longue enquête, incluant une reconstitution de l’accident, avait été confiée à la Sûreté du Québec. Celle-ci a notamment permis de confirmer que l’autopatrouille ne répondait pas à un appel d’urgence au moment des faits. Des accusations criminelles ont alors été déposées contre la policière de 44 ans, par le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *