Faits Divers
08:19 17 décembre 2021 | mise à jour le: 17 décembre 2021 à 11:48 Temps de lecture: 2 minutes

Deuxième condamnation contre le révérend Mukendi en fuite

Deuxième condamnation contre le révérend Mukendi en fuite
Photo: Métro Média - ArchivesEn fuite depuis l'été dernier, le révérend Mukendi s'est soustrait à la justice canadienne.

TRIBUNAL. Disparu illégalement pour se soustraite à la justice, le révérend Paul Mukendi Wa Bukole a été condamné dans une deuxième cause d’agression sexuelle. En son absence, le fondateur du Centre évangélique Parole de vie à Québec a vu s’ajouter récemment une peine de prison de 2 ans à une précédente sentence de 8 ans de détention.

Ayant profité d’une libération conditionnelle dans l’attente de sa peine dans la cause initiale, l’homme de 44 ans s’est éclipsé l’été dernier. Depuis, il prend plaisir à narguer les autorités judiciaires québécoises et canadiennes lors d’apparitions sur Internet depuis l’Afrique où il s’est réfugié.

Si le révérend Mukendi revient au pays, il devra s’acquitter d’une sentence combinée cumulative de 10 ans à purger derrière les barreaux. Probablement qu’il risque également de voir son dossier s’épaissir pour s’être retrouvé en liberté non autorisé.

Rappelons que l’accusé a été trouvé coupable d’agression sexuelle sur une fidèle de son église. Les faits dénoncés se sont produits en 2006 sur un terrain vague de l’ancienne cimenterie de Beauport.

Dans la cause précédente, l’homme de religion a eu des contacts sexuels avec une fidèle mineure au moment des évènements. Dans les deux cas, des facteurs aggravants de brutalité, d’usage de son autorité spirituelle et d’absence de remords ont été notés par le magistrat.

Appel à Interpol

Dénonçant l’acharnement de la justice contre lui, l’évangéliste a fui le Canada en août vers son pays natal le Congo. Il venait d’être débouté en Cour d’appel concernant sa condamnation dans le premier procès. Le Service de police de la Ville de Québec a sollicité l’aide d’Interpol pour retrouver le coupable dans l’espoir qu’il soit ramené au pays pour répondre de ses crimes et payer son dû à la société.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *