Faits Divers
08:27 15 novembre 2021 | mise à jour le: 16 novembre 2021 à 13:26 Temps de lecture: 3 minutes

Arrêt des procédures confirmé contre Michel Brûlé

Arrêt des procédures confirmé contre Michel Brûlé
Photo: Métro Média - ArchivesDès l’été dernier, l’avocat de la Défense Me Charles Brochu a déposé en Cour les documents attestant du décès de Michel Brûlé au Brésil. Il les avait aussi présentés aux journalistes en attendant le processus d’authentification.

TRIBUNAL. Une histoire rocambolesque a connu un dénouement inusité, la semaine dernière, au palais de justice de Québec. Après avoir reçu les documents officiels attestant du décès au Brésil de l’éditeur Michel Brûlé, le directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ferme son dossier. L’arrêt des procédures a ainsi été prononcé contre celui qui faisait face à une accusation d’agression sexuelle.

Cette affaire a pris une tournure aussi inattendue que triste au cours des derniers mois. L’homme de 56 ans avait reconnu sa culpabilité, en octobre 2020, à des gestes d’attouchements sur une auteure venue lui présenter un manuscrit en 2014. Il a par la suite obtenu une permission spéciale d’aller visiter son frère au Brésil, en attendant le prononcé de sa peine. Cette étape n’a finalement jamais pu avoir lieu puisque le principal intéressé a perdu la vie au printemps dernier, lors d’un accident de vélo dans la petite ville de Guarapari.

Victime de blessures importantes à la tête et d’un traumatisme thoracique, l’accusé n’a pas survécu. Michel Brûlé n’a donc pas pu rentrer au pays en mai, afin de finaliser les procédures judiciaires et purger sa sentence. Or, la tournure des évènements entourant ce gestionnaire de la maison d’édition Les Intouchables, reconnues pour publier des histoires fantastiques, a tôt fait d’éveiller les soupçons de la Couronne. Des investigations complémentaires ont immédiatement été requises.

Fuite de la justice réfutée

Surtout que la dépouille a été inhumée au Brésil plutôt que d’être rapatriée au Canada. Il n’en fallait pas davantage pour alimenter la crainte légitime que l’accusé tente de se soustraire à la justice. Une hypothèse réfutée depuis le début par l’avocat de la Défense Me Charles Brochu. À son avis, on ne manigance pas un tel stratagème pour échapper à une peine devant se limiter au pire à quelques semaines de détention.

Il a toujours été persuadé que son client a bel et bien perdu la vie dans des circonstances tragiques au Brésil. Les documents officiels tous rédigés en portugais, dont le certificat de décès ainsi que les rapports de police et d’autopsie, le démontrent clairement. Leur authentification et leur traduction en français viennent d’être acceptées par le juge de la Cour du Québec, Sébastien Proulx, qui a prononcé l’arrêt des procédures dans ce dossier.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *