Faits Divers
10:24 9 février 2021 | mise à jour le: 9 février 2021 à 11:49 temps de lecture: 2 minutes

Armes prohibées saisies en quantité chez un Lorettain

Armes prohibées saisies en quantité chez un Lorettain
Dans la collection d’armes prohibées du prévenu, on retrouve notamment quatre silencieux servant à couvrir le son des détonations. /Photo gracieuseté – GRC

TRIBUNAL. Un résident de L’Ancienne-Lorette a été arrêté, vendredi, après une perquisition ayant donné des résultats étonnants, voire préoccupants, à son domicile. Karl Maheux a été accusé de possession non autorisée d’armes à feu et d’entreposage négligent de dispositifs prohibés. Au cours de la fin de semaine, l’homme de 47 ans a été remis en liberté sous promesse de comparaître à nouveau au palais de justice de Québec.

C’est la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui a mené l’opération. La décision de perquisitionner la résidence du suspect a été prise à la suite de l’interception d’un colis contenant un silencieux. Lors de la visite du logement, les agents ont eu la surprise de découvrir un véritable arsenal. Celui-ci se composait d’armes à feu prohibées de divers calibres, de munitions en grande quantité, des chargeurs, mais surtout de bombes artisanales, de produits chimiques et d’une substance réactive.

Voilà qui explique l’envergure du déploiement policier, qui a attiré l’attention vendredi dernier dans le voisinage de la rue Saint-Cyrille. L’intervention dirigée par la GRC a aussi nécessité la présence de la police et des pompiers de Québec, ainsi que des artificiers de la Sûreté du Québec. Par mesure préventive, un vaste périmètre de sécurité a été érigé. Plusieurs résidences ont même dû être évacuées en raison des risques d’explosion.

Retour en Cour en mars

Pour l’instant, les éléments de preuve font toujours l’objet d’analyse par les autorités policières. Il n’est pas exclu que d’autres chefs d’accusation s’ajoutent ultérieurement. Ayant comparu dimanche par visioconférence, Karl Maheux a été libéré sous certaines conditions. Il reviendra devant la Cour, le vendredi 19 mars, pour tenter d’élucider son dossier.

Plus inquiétant encore, la perquisition policière a permis de mettre la main sur une dizaines de bombes artisanales. /Photo gracieuseté – GRC

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *