Charlesbourg Express
08:49 21 décembre 2020 | mise à jour le: 21 décembre 2020 à 13:12 temps de lecture: 2 minutes

Peine de trois ans pour le chauffard du boulevard Bourg-Royal

Peine de trois ans pour le chauffard du boulevard Bourg-Royal
Palais de justice de Québec. /Métro Média - Archives

TRIBUNAL. Accusé de facultés affaiblies causant la mort, Kevin Saint-Hilaire a été condamné à une peine de trois ans de pénitencier. En rendant son verdict au palais de justice de Québec, vendredi, le juge Jean-Louis Lemay a voulu envoyer un message fort de dissuasion.

Rappelons que le chauffard avait pris le volant de sa camionnette le 23 mars 2018, sans écouter les recommandations contraires de ses amis. Ayant consommé de huit à 10 bières dans un bar en quelques heures, le prévenu prenait un grand risque. Le drame s’est concrétisé sur la route du retour vers chez lui.

La vue embrouillée par l’alcool, le conducteur âgé de 29 ans à l’époque, a happé mortellement le jeune Thomas Ratté. L’ado de 17 ans circulait en planche à roulettes, accompagné de deux copains en bordure du boulevard Bourg-Royal, à Charlesbourg. Il n’a pas survécu aux blessures causées par l’impact.

Dénonciation vs banalisation

Au moment de prononcer sa sentence, le juge Lemay a insisté sur la nécessité de dénoncer ce type de crime. Une réalité trop souvent banalisée, jusqu’à un dénouement aussi désolant que prévisible. Et, dans pareilles circonstances, autant la famille de la victime que l’accusé et ses proches s’en trouvent affectés pour le restant de leurs jours. D’où l’importance de planifier ses déplacements avant de consommer.

Malaise

Sérieusement ébranlé par la tournure que prend sa vie jusque-là tranquille et sans antécédents judiciaires, Kevin St-Hilaire a éprouvé un malaise lors du prononcé de sa peine, jeudi dernier. Il a dû être hospitalisé et la cause a été suspendue. C’est ce qui explique que la conclusion de cette triste saga s’est exceptionnellement déroulée sur deux jours.

En plus de la détention pour une période de 36 mois, l’accusé se voit interdire la conduite de tout véhicule à moteur durant cinq ans après sa sortie du pénitencier.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *