Faits Divers
10:13 7 décembre 2020 | mise à jour le: 7 décembre 2020 à 10:32 Temps de lecture: 2 minutes

Début de l’enquête publique entourant le décès de la petite Rosalie

Début de l’enquête publique entourant le décès de la petite Rosalie
Photo: /Métro Média - ArchivesLe drame survenu le 18 avril 2018 avait semé l'émoi dans la population de la région de Québec.

TRIBUNAL. C’est ce lundi matin, au palais de justice de Québec, que s’amorce l’enquête publique sur la mort de la petite Rosalie Gagnon. La fillette de 2 ans avait été retrouvée sans vie, abandonnée par sa mère dans un bac de recyclage derrière une résidence de Charlesbourg.

Devant s’échelonner sur toute la semaine, la démarche vise à faire la lumière sur les causes et les circonstances de cette tragédie qui a ébranlé la région de Québec le 18 avril 2018. Elle doit permettre d’identifier les facteurs contributifs et de formuler des recommandations.

Les audiences du Bureau du coroner se tiendront du 7 au 11 décembre. C’est la coroner Me Géhane Kamel qui présidera cette enquête. Elle sera assistée par Me Dave Kimpton, procureur aux enquêtes publiques.

Culpabilité reconnue

Rappelons qu’à la suite de son procès, la mère de l’enfant a plaidé coupable à des accusations de meurtre au second degré et d’outrage à un cadavre. Audrey Gagnon a été condamnée à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 14 ans.

La jeune femme doit témoigner par visioconférence au cours de l’enquête publique. En tout, une douzaine de témoins doivent être entendus, au cours de la semaine d’audiences. Celui des intervenants de la Maison Marie-Rollet s’avère très attendu. La détenue en avait été expulsée quelques jours avant la cascade des événements ayant mené à cet infanticide.

Dates importantes

  • 11 mars 2020: Audrey Gagnon est condamnée à la prison à vie après avoir plaidé coupable à une accusation de meurtre non prémédité;
  • 15 mai 2020: l’enquête de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse conclut à la déficience des communications entre DPJ et le centre d’hébergement où a séjourné la mère de l’enfant;
  • 29 mai 2020: le Bureau du coroner ordonne la tenue d’une enquête publique sur les circonstances entourant ces tragiques événements.

Pour plus d’information sur ces audiences: www.coroner.gouv.qc.ca.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *