Faits Divers
08:29 13 novembre 2020 | mise à jour le: 13 novembre 2020 à 15:31 temps de lecture: 2 minutes

Prédateur sexuel derrière les barreaux pour 11 ans

Prédateur sexuel derrière les barreaux pour 11 ans
Photo: Métro Média - Archives

TRIBUNAL. Un individu arrêté en 2019 pour une série de leurres informatiques et d’agressions sexuelles sur des adolescentes parfois en fugue vient de mettre un terme aux procédures judiciaires. Christian-Amusi Amuli, 29 ans de Québec, a reconnu sa culpabilité et reçu une lourde peine de 11 ans de pénitencier.

Le juge Steve Magnan a donné droit à la suggestion commune des parties et prononcé son verdict jeudi, au palais de justice de Québec. La condamnation tient compte du fait que le prédateur sexuel a plaidé coupable. Il évite ainsi aux jeunes filles vulnérables d’avoir à revivre les événements en témoignant au procès.

Par ailleurs, la peine prend également en considération le fait qu’Amuli a abusé de huit victimes, dont six étaient âgées entre 13 et 16 ans. L’une d’elles a même été séquestrée par l’accusé, qui amadouait ses proies en leur offrant de la drogue. Il ciblait délibérément des ados ayant des problèmes de comportement ou de consommation.

Pour le juge Magnan, il importe de mettre un terme à ce manège néfaste ayant duré plus de trois ans et de placer le prévenu à l’écart de la société pour une longue période. L’objectif consiste à protéger la vie et la sécurité de la jeunesse.

En soustrayant la détention provisoire depuis son arrestation, il reste à l’accusé 10 ans et 101 jours à purger. Il sera inscrit au registre des délinquants sexuels à surveiller.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *