Actualites
11:35 19 octobre 2020 | mise à jour le: 19 octobre 2020 à 11:44 temps de lecture: 2 minutes

La FIQ prend d’assaut le pont de Québec

La FIQ prend d’assaut le pont de Québec
Capture d’écran Québec-511

SANTÉ. Les professionnelles en soins de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) perturbent la circulation sur le pont de Québec depuis une quinzaine de minutes. Elles rappellent au gouvernement que l’épuisement a raison des professionnelles en soins et les pousse vers la maladie, la retraite ou la démission.

«C’est un signal de détresse que nous lançons une fois de plus au gouvernement Legault. Nous avons été claires, le gouvernement retrouvera les professionnelles en soins où il n’a pas l’habitude de les voir. Nous n’avons plus d’autre choix», déclare Nancy Bédard, présidente de la FIQ.

«Nous sommes à la table de négociation depuis des mois et nos propositions concrètes continuent d’être ignorées. Si nos mots ne sont plus entendus, nos actions, elles, devront l’être. Aujourd’hui, nous voulons que tout le Québec sache que nous en avons assez, nos conditions de travail doivent changer.» En haussant le ton, les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques veulent sensibiliser la population au manque de volonté du gouvernement dans la négociation de leur convention collective.

«Nous faisons le pari que la population comprendra que les professionnelles en soins veulent pouvoir exercer leur profession dans des conditions de travail humaines et sécuritaires. Les Québécois ont droit à un système de santé publique où les soins et les services sont accessibles.» La présidente rappelle que ces améliorations passent indéniablement par l’amélioration des conditions de travail de celles qui sont au cœur de ce réseau.

La FIQ invite le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, à un débat public portant sur l’état des conditions de travail des professionnelles en soins. «Une discussion franche permettra à la population de juger par elle-même de la question de la surcharge de travail, les heures supplémentaires obligatoires et du réaménagement des horaires de travail à temps complet. Il est maintenant temps que les vœux du ministre Dubé se transforment en actions concrètes », de conclure la présidente. La FIQ compte près de 76 000 membres.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *