Faits Divers
15:11 6 mars 2019

Travaux communautaires pour un second élève mariste accusé

Travaux communautaires pour un second élève mariste accusé

Leurre informatique et distribution de photos explicites

CHAMBRE de la JEUNESSE. Un deuxième des cinq élèves du Séminaire des Pères-Maristes a connu sa peine après avoir plaidé coupable à des accusations de leurre informatique et distribution de photos intimes de trois jeunes filles fréquentant la même école secondaire privée de Sillery. Il a reçu une absolution conditionnelle pour ses gestes dénoncés le printemps dernier.

Le jeune ado de 14 ans, dont il faut taire l’identité puisqu’il est mineur, devra notamment se soumettre à 30 heures de travaux communautaires. S’ajoutent également une interdiction d’importuner deux des victimes, ainsi qu’une interdiction de contacts avec la troisième plaignante et une obligation de médiation avec celles-ci.

Ce verdict de la juge Judith Landry se trouve à entériner les recommandations du criminologue chargé de rédiger le rapport présentenciel. Elle en arrive à une décision mitoyenne entre la suggestion de 90 heures de travaux communautaires avancée par la Couronne et l’absence de cette obligation prônée par la Défense.

Dans son exposé, la magistrate a indiqué avoir pris en considération la forte médiatisation de l’affaire. Lors des représentations sur la peine, Me Geneviève Bertrand avait fait valoir que son jeune client avait ses torts, mais qu’il avait aussi été ébranlé par les proportions que cette histoire a prises. Elle a entre autres insisté sur le choc qu’il a eu en voyant une chaîne humaine dénonçant la culture du viol et réclamant son expulsion à son retour à l’école.

À cette étape précédente des procédures, les mères des victimes avaient longuement témoigné des souffrances vécues par leurs filles. Elles avaient alors souligné l’abus de confiance des accusés envers des camarades de classe, qui sont dans une phase fragile de construction de leur identité et qui cherchent à se faire accepter du groupe. Les plaignantes ont connu des troubles de concentration, des échecs scolaires, des maux de ventre, du stress et de l’angoisse.

Rappel des faits

Durant l’année scolaire 2017-18, l’accusé et quatre autres garçons en secondaire 2 au Séminaire des Pères-Maristes sont parvenus à coups de flatteries à convaincre trois jeunes filles de leur envoyer des photos de leurs seins et de leurs parties génitales. Des captures d’écran ont été faites des images envoyées via le média social Snapchat et ont ensuite circulé dans l’école du chemin Saint-Louis.

Précisons qu’en début février, un autre ado accusé dans cette affaire a reçu une absolution conditionnelle pour une infraction de leurre sur une des victimes. Il devra verser un don de 350$ à SOS Suicide Jeunesse et participer à une médiation avec la plaignante.

Les dossiers des trois accusés restants connaîtront leur dénouement prochainement. Deux d’entre eux ont plaidé coupables et attendent la suite des procédures, dont un conteste une accusation d’agression sexuelle pour un attouchement aux fesses. Enfin, le dernier et présumé instigateur de toute cette saga a rejeté toutes les accusations et attend de subir son procès.

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *