Faits Divers
13:37 14 novembre 2018

Maison ravagée par les flammes à L’Ancienne-Lorette

SINISTRE. Le Service de protection contre l’incendie de Québec (SPCIQ) est intervenu, mardi, pour combattre un feu éclaté dans une résidence de L’Ancienne-Lorette. La maison unifamiliale située sur la rue Jandomien a subi de lourds dommages, malgré le travail d’une soixantaine de pompiers regroupés à la suite d’une 4e alarme.

L’incendie a pris naissance à la suite de travaux de rénovation entrepris au sous-sol de la résidence.

(Photo gracieuseté – SSIQ.CA)

Selon le récit de Bill Noonan, relationniste à la Division des communications en sécurité publique à la Ville de Québec, l’appel de détresse a été reçu à 14h09. L’information initiale du 9-1-1 mentionnait un feu éclaté dans le mur de la résidence possiblement occasionné par des travaux de plomberie en cours au sous-sol de la demeure. Plusieurs voisins ont également avisé qu’une grosse fumée noire s’échappant du 1484 rue Jandomien.

«L’évacuation du bâtiment était complétée lorsque le premier camion d’incendie est arrivé sur place. La propriétaire et deux travailleurs se trouvaient à l’extérieur. Le feu s’est rapidement propagé à la structure du bâtiment. Dès ce constat, des alarmes pour des effectifs supplémentaires se sont succédé à quatre reprises. Si bien qu’au plus fort de l’incendie, il y a 60 pompiers sur l’intervention», relate M. Noonan.

Une soixantaine de pompiers ont combattu le feu pendant près de cinq heures.

(Photo gracieuseté – SSIQ.CA)

Aussitôt déployés, les sapeurs ont arrosé les flammes visibles dans le sous-sol par l’extérieur. Cette action n’a pas empêché la forte progression de l’incendie, alors que la visibilité devenue nulle à l’intérieur de la résidence ne permettait pas d’y entrer. La chaleur intense et la menace d’effondrement d’une portion de plancher au rez-de-chaussée a forcé le retrait stratégique des pompiers. Ils ont alors utilisé des lances perforatrices pour atteindre les endroits trop dangereux ou difficiles d’accès.

«Les paramédics ont procédé à des évaluations pour l’inhalation de fumée par la propriétaire et une brûlure légère au bras d’un travailleur. Par contre, aucun transport vers l’hôpital n’a été requis. La Croix-Rouge était également sur place, mais leurs services n’ont pas été nécessaires.

D’après le SPCIQ, les dommages à l’ensemble de la résidence sont majeurs. Finalement, vers 16h29, le chef pompier a annoncé une aggravation non probable. Plusieurs vérifications de propagation ont suivi, si bien que ce n’est pas avant 18h45, soit après plus de quatre et demie de lutte, que l’incendie a été déclaré sous contrôle.

Le Commissariat aux incendies a confirmé que le feu originait du sous-sol. La cause exacte n’est pas encore déterminée.

Métro Média

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette