Faits Divers
18:31 25 août 2016

Perquisitions et arrestations à la boutique Weeds, Herbes et Curiosités

POLICE. Le Service de police de la ville de Québec a procédé à des perquisitions et des arrestations jeudi matin à la boutique Weeds, Herbes et Curiosités, dans le quartier Saint-Sauveur de Québec. C’est une enquête commencée dès l’ouverture de commerce qui aurait mené à l’intervention des forces policières.

(Photo TC Media – Mathieu Turgeon)

Les policiers se sont présentés au dispensaire vers 11h30 jeudi matin. Selon Sylvain Gagné, commandant des enquêtes criminelles au Service de Police, l’intervention survient après une enquête qui a permis l’obtention de nombreuses preuves. «Notre enquête a commencé de façon sérieuse dès l’ouverture le 20 juin. Pour le moment, on le ferme dans le cadre d’une enquête sérieuse qui a démontré des activités criminelles qu’on va être capable de prouver devant la cour.»

Une grande diversité de produits a été saisie par les enquêteurs. «Il y a du cannabis, mais aussi des produits dérivés comme des bonbons, des biscuits, du chocolat, de l’huile de cannabis, du « spray », ainsi que plusieurs biens reliés au commerce», affirme le commandant.

L’une des raisons de l’intervention policière était que ces derniers craignaient les impacts négatifs qu’un tel commerce pourrait avoir. «Il peut y avoir des impacts au niveau de la santé et de la sécurité publique, mais aussi au niveau du crime organisé. C’est pour cette raison que c’était important de fermer ce commerce pour arrêter les activités criminelles.»

Les personnes arrêtées jeudi matin seront notamment accusées de possession dans le but de trafic et pour du trafic de stupéfiants. Le commandant Gagné a toutefois indiqué qu’aucun client ne serait importuné par les policiers.

Un commerce qui était illégal

Un autre problème était que Weeds, Herbes et Curiosités n’avait pas de permis correspond à certaines de ses activités. «Santé Canada peut délivrer des permis, il y a des prescriptions médicales pour ça et ils le gèrent bien. Santé Canada nous a confirmé que la boutique n’avait pas de permis et opérait de façon illégale», a expliqué le responsable.

Le commerce avait un permis, mais pas du bon type. «Le magasin a ouvert sur un permis municipal de vente au détail. Au niveau municipal, la réglementation se limite seulement à la nature du commerce», conclut Sylvain Gagné. Selon lui, les commerçants ne cachaient aucunement leurs activités.

Lire aussi: Nouveaux points de services pour Weeds herbes et curiosités

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *