Faits Divers
23:59 16 octobre 2016

Une dizaine de plaintes d’introduction par effraction dans les résidences de l’Université Laval

911. Le bilan n’a cessé de grimper dans les résidences de l’Université Laval par rapport à des plaintes d’agression sexuelle et d’entrée par effraction survenues dans la nuit de vendredi à samedi. On dénombrait une dizaine de plaintes d’entrée sans effraction dimanche soir ainsi qu’une plainte confirmée d’agression sexuelle.

Le module des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) enquête sur des présumées agressions sexuelles et entrées par effraction survenues la nuit de vendredi à samedi dans les résidences de l’Université Laval. Les policiers parlent d’intrusion sans effraction, comme aucune force physique n’a été utilisée pour ouvrir les portes.

Les policiers sont toujours à la recherche d’information et de validation par rapport aux événements survenus cette nuit-là. Plus tôt en journée, le lieutenant d’arrondissement Jean Pelletier avançait que jusqu’à trois suspects dans la vingtaine pouvaient être impliqués dans l’affaire, sans que ceux-ci ne soient encore identifiés et arrêtés.

Les trois hommes auraient rôdé dans les corridors des résidences au cours de la nuit. Des témoignages rapportent qu’ils auraient cogné à de nombreuses portes et eu accès à plusieurs pièces des résidences. Dans certains cas, ils pourraient y avoir eu agression sexuelle avance le SPVQ.

Sécurité resserrée

Le Service des résidences et le Service de sécurité et prévention de l’Université Laval ont envoyé un courriel samedi à l’ensemble des résidents pour les informer de la situation.

«Récemment, des résidents nous ont informés qu’une personne était entrée par effraction dans leur chambre. Nous souhaitons vous rappeler qu’il est primordial de verrouiller votre porte en tout temps. Lorsque vous êtes dans votre chambre, utilisez aussi la chaînette de sécurité ou l’entrebâilleur de porte», peut-on lire dans le courriel

Le courriel ajoute que la vigilance de chacun contribue à un milieu de vie plus sécuritaire. La porte-parole de l’Université Laval Andrée-Anne Stewart assure que la sécurité a été resserrée après les incidents.

Les résidences de l’Université Laval comportent quatre pavillons. Trois de ceux-ci sont mixtes avec des étages hommes et femmes. Le dernier est réservé aux femmes. En tout, ce sont 2300 étudiants qui résident dans ces pavillons de l’Université Laval.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *