Faits Divers
16:55 18 juillet 2016

Des malfaiteurs sévissent au Golf Albatros

VANDALISME. Le Club de golf Albatros a reçu la visite de vandales, dans la nuit de dimanche à lundi. Deux malfaiteurs, qui ont notamment saccagé des verts et des installations sur le terrain en plus d’endommager des voiturettes, ont justement été interceptés par la police à bord de deux d’entre elles dans les rues de L’Ancienne-Lorette. Ils devront répondre de diverses accusations de vol, méfaits et conduite avec les facultés affaiblies.

C’est un citoyen qui a avisé les patrouilleurs un peu avant 1h du matin, en voyant deux individus qui circulaient au volant de voiturettes de golf dans son quartier résidentiel. «Il a donné une bonne description, ce qui a permis de rapidement procéder à leur arrestation. L’un a été libéré sous promesse de comparaître, tandis que l’autre a été gardé en cellule pour rencontrer les enquêteurs», précise Pierre Poirier, relationniste au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Des dommages ont été faits à sept véhicules en court-circuitant le système de démarrage et en fonçant dans des clôtures et des installations du club de golf. En plus de bris matériels aux pare-brise, pare-chocs et capots des voiturettes, les malfaiteurs se sont acharnés sur trois verts du parcours. Ils seront accusés au palais de justice de conduite d’un véhicule avec les facultés affaiblies, possession d’outils de cambriolage, vol et méfaits, ainsi que de bris de probation dans le cas de celui détenu.

Avisés par la police, qui a vite fait le rapprochement entre les véhicules volés et le club de golf de la route de l’Aéroport, les proposés à l’entretien ont constatés les dégâts causés aux installations dès le petit matin. Des retouches ont été faites aux portions de terrain endommagées, alors que les voiturettes vandalisées ont été mises de côté en attendant la visite de l’assureur. L’évaluation de la valeur des dommages reste à compléter.

L’histoire se répète

Ironie du sort, il ne s’agit pas du premier incident du genre qui se produit à cet endroit. Selon le dg du club, Guy Robichaud, «le risque de vandalisme est plus grand en raison de la présence du golf en milieu urbain». Il doit déplorer divers petits méfaits presque chaque année, mais la pire fois remonte à l’été 2009, alors qu’une douzaine de jeunes avaient lancé une quinzaine de voiturettes dans les fossés et les lacs du parcours.

Québec Hebdo

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette