Faits Divers
17:43 28 janvier 2017 | mise à jour le: 28 janvier 2017 à 17:43 temps de lecture: 3 minutes

Aspergé d’essence : « À une étincelle de la mort »

Un conflit entre un locataire et son ex-propriétaire a récemment dégénéré sur les terrains d’une station-service alors qu’un jeune homme de 27 ans aurait été aspergé d’essence de la tête aux pieds par son ex-propriétaire.

Les automobilistes de Chaudière-Appalaches ont enfin eu un répit à la pompe en 2014.

Photo TC Media – Archives

Les événements se sont déroulés à Victoriaville. Le jeune homme a maille à partir depuis quelques mois avec son ex-propriétaire. Il dénonce ses agissements, comme le fait qu’il entrait sans raison dans son logement.

Mais une goutte a fait déborder le vase, le jour où le propriétaire a déversé sur le lit de son locataire les excréments de son chien.

Le locataire a rapidement quitté son logement, sans payer les trois mois qu’il lui devait. « Ces 1500 $, je les ai investis dans un nouveau matelas, souligne-t-il. Jamais vu un proprio de la sorte. »

L’homme de 27 ans a été quelque temps sans croiser son ex-propriétaire jusqu’au vendredi 20 janvier dernier. Il faisait alors le plein à une station-service lorsque l’ex-propriétaire l’a aperçu.

« Il est venu directement vers moi tout en m’insultant. Il m’a poussé. J’ai eu un mouvement de recul et il en a profité pour saisir le pistolet. J’ai vu le geste de haut en bas et il m’a aspergé d’essence de la tête aux pieds. J’en ai reçu dans les yeux », raconte le jeune homme qui doit consulter un optométriste.

Une fois aspergé, le jeune homme, tant bien que mal, s’est dirigé à l’intérieur du dépanneur, suivi de l’ex-propriétaire qui continuait, semble-t-il, de l’invectiver.

Dans le dépanneur, l’homme aspergé se souvient d’avoir crié au personnel d’appeler la police, de sortir l’individu.

L’incident a ébranlé le jeune homme qui a craint de devenir une torche vivante. « J’étais à une étincelle de la mort ou de subir de graves blessures et d’être défiguré », confie-t-il.

La caissière, selon lui, a vu l’incident. « J’aurais reçu, à son avis, au moins deux litres d’essence. Mon manteau est complètement fini. Mon véhicule portait aussi des marques d’essence », note-t-il.

Le jeune homme a officiellement porté plainte à la Sûreté du Québec quand des policiers se sont présentés sur les lieux. L’ex-propriétaire a fait de même.

La SQ confirme qu’une plainte croisée, comme on le dit, a été enregistrée. « Une dispute verbale a dégénéré. Les deux belligérants ont reçu de l’essence. Mais aucun coup n’a été porté », indique la sergente Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ.

L’enquête se poursuivait en début de semaine. Le dossier, une fois complété, sera remis pour analyse à un procureur aux poursuites criminelles et pénales qui décidera de la suite des choses.

Le jeune homme se dit prêt à affronter son ex-proprio devant la justice, soutenant détenir une preuve solide avec des témoins, sans compter, dit-il, la vidéo de la scène captée par une caméra de surveillance et saisie par les policiers.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *