Faits Divers
16:07 30 août 2017 | mise à jour le: 30 août 2017 à 16:07 temps de lecture: 2 minutes

Le véhicule du président du Centre culturel islamique incendié

INCENDIE CRIMINEL. Le véhicule du président du Centre culturel islamique, Mohammed Labidi, a été la cible d’un incendie criminel, à son lieu de résidence, il y a quelques semaines. Le SPVQ enquête afin de savoir s’il s’agit d’un cas de crime haineux.

Mohamed Yangui et Mohamed Labidi, président et vice-président du Centre culturel islamique de Québec. (Photo TC Media – Monica Lalancette)

Toutes les hypothèses sont envisagées, du crime haineux à la simple coïncidence, a expliqué le lieutenant Jean-François Vézina, qui est également agent de liaison des communautés culturelles. On ne sait d’ailleurs toujours pas s’il s’agit de l’œuvre d’une seule personne ou d’un groupe. «On traite l’évènement avec sérieux», a-t-il mentionné.

Dès les premières minutes de l’incendie, la nuit du 6 août dernier,  les pompiers et les policiers se sont rendus sur place, puis une enquête a été déclenchée par le SPVQ.

Deux jours plus tôt, Québec annonçait que la communauté musulmane aurait son cimetière. Questionné à savoir si l’événement pourrait avoir un lien avec cette annonce, le lieutenant a répondu que «c’est une possibilité, peut-être que oui, peut-être que non».

La famille de Mohamed Labidi n’avait pas été la cible de menaces avant l’incendie, selon M. Vézina. Toutefois, il est arrivé à plusieurs reprises que l’ensemble de la communauté ait été visée par des menaces ou des gestes haineux.

Le lieutenant Jean-François Vézina

(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *