Faits Divers
17:01 1 juillet 2007

Un module de jeux brûlé

Moins d’un an après avoir été installé, le module de jeux de l’école primaire Notre-Dame-de-Foy a été sévèrement endommagé par des vandales. Condamnant ce geste gratuit, les membres du comité qui avait travaillé à amasser l’argent nécessaire à l’embellissement de la cour n’entendent pas baisser les bras et ils assurent que la deuxième phase des travaux se poursuivra tel que prévu.

«On ne sait pas qui a fait ça mais c’est vraiment déplorable, mentionne Johanne Fournier, enseignante à l’école Notre-Dame-de-Foy et membre du comité. C’est un geste tout à fait gratuit qui n’apporte absolument rien à ceux qui l’ont commis.»

Les dommages touchent surtout le module de jeu qui a été brûlé en bonne partie. Les glissoires et le mur d’escalade ont fondu et sont maintenant inutilisables.
«Nous allons évaluer ce qu’il en coûterait pour les réparations et nous verrons ce que nous ferons, explique l’enseignante. Des parties du module sont récupérables mais c’est certain qu’il va rester des traces.»

Cette dernière explique que l’événement a créé une onde de choc dans le quartier d’autant plus qu’en juin dernier, tout un mur de l’école avait servi d’espace de création à des graffiteurs. Elle se demande maintenant où s’arrêtera cette vague de vandalisme.
«Nous avons travaillé très fort pour amasser l’argent nécessaire pour améliorer la cour d’école dans l’intérêt des jeunes qui la fréquentent mais aussi des gens de tout le quartier, soutient-elle. Je me souviens encore du visage des élèves lorsqu’ils avaient découvert les jeux, à la rentrée l’an dernier.»

Formé il y deux ans, le comité avait réussi à réunir 90 000$ pour la première phase des travaux qui consistait à installer un module de jeux, de nouvelles balançoires et à refaire une partie de l’aménagement paysager. La deuxième phase, entreprise la semaine dernière au coût de 45 000$, permettra notamment d’ajouter un module destiné aux jeunes de la maternelle.
«Il n’est pas question de nous laisser intimider et nous allons de l’avant avec la deuxième phase, assure Johanne Fournier. Les nouveaux jeux feront partie du décor à la rentrée.»

L’enseignante se demande maintenant comment elle va expliquer ces gestes à ses élèves.
«J’ai demandé qu’un policier éducateur rencontre les jeunes pour les sensibiliser à la situation et leur expliquer ce qu’est le vandalisme, indique-t-elle. C’est important de tirer des leçons de tout ça et de s’en servir comme élément éducatif auprès des élèves.»

Une plainte a évidemment été logée au Service de police de Québec mais aux dernières nouvelles, les auteurs des ces actes de vandalisme n’avaient toujours pas été identifiés.

Point positif s’il en est un dans toute cette histoire ; l’événement a permis de constater la bel esprit de famille régnant à l’école Notre-Dame-de-Foy. «Même en pleines vacances, le comité s’est rapidement mobilisé pour faire face à la situation, affirme Mme Fournier. Et la direction de l’école a aussi réagi très rapidement.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *