Faits Divers
16:58 30 juillet 2018 | mise à jour le: 30 juillet 2018 à 16:58 temps de lecture: 3 minutes

Réintégrer sa demeure après un incendie

Le 16 juillet dernier, un incendie éclatait dans un immeuble à logements situé au 2267, boulevard des Chutes. Le sinistre a fait la manchette dans les médias. M. Drapeau et M. Plante ont bien voulu témoigner sur l’accident et sur le processus de prise en charge jusqu’au retour tant attendu à leur domicile. 

Les résidents ont réintégré le 2267 boulevard des Chutes sauf ceux dont le logement a été la proie des flammes

Photo Métro Média – Jean Carrier

M. Plante a été le premier à intervenir. «J’étais sur le balcon en début de soirée quand j’ai senti de la fumée. J’ai descendu quelques marches et j’ai vu les flammes au premier étage. J’ai tout de suite remonté et j’ai cogné à toutes les portes pour faire évacuer l’immeuble. Ça n’a pas pris de temps pour que tout le monde soit dehors et que les pompiers arrivent.»

M. Drapeau a avoué que le sentiment d’impuissance dans lequel il était plongé en regardant brûler une partie de la résidence est très désagréable.

Photo Métro Média – Jean Carrier

L’intervention des sapeurs a permis de maîtriser les flammes rapidement. Les résidents ont tout de suite été confiés à la Croix-Rouge de Québec. «Ça ne niaise pas! Les ambulanciers ont vérifié que toutes les personnes étaient correctes et un autobus du RTC est venu nous chercher. Le soir même, nous étions à l’hôtel. Ce n’est pas seulement physiquement qu’ils nous aident, mais aussi psychologiquement en nous rassurant et en nous expliquant comment ça va fonctionner. Je leur donne une note de 200% pour leur intervention», explique l’homme de 47 ans.  

3 jours

La durée du séjour des sinistrés avec la Croix-Rouge dépend de la gravité des dommages infligés au domicile. Dans le cas présent, l’organisme a choisi de prolonger la durée de l’escale pour assurer un retour en douceur.

M. Plante est intervenu rapidement pour faire sortir les autres résidents de l’immeuble à logements

Photo Métro Média – Jean Carrier

«La nourriture était excellente et ils ont distribué des coupons pour se vêtir, car nous n’avions plus de linge à nous mettre. Ils nous ont gardés trois jours avant de nous laisser partir. Le service est impeccable», ajoute M. Drapeau, un résident de la maison de chambres depuis trois ans.

Les résidents de l’immeuble sont maintenant de retour à leur demeure. «L’odeur de fumée a disparu et tout est comme avant sauf le logement du premier et le garage qui sont à refaire. J’avais de la difficulté à dormir à l’hôtel, mais aucun problème depuis que je suis dans mes affaires. Ça fait du bien», conclut M. Plante.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *