Environnement
08:58 22 mai 2022 | mise à jour le: 19 mai 2022 à 13:02 Temps de lecture: 3 minutes

Sobriété numérique: pourquoi et comment s’y prendre?

Sobriété numérique: pourquoi et comment s’y prendre?
Photo: iStock

Environ 2 à 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) sont produites par le numérique, selon une étude réalisée en 2021. Les dommages sur l’environnement sont réels. Comparativement, l’aviation civile est responsable d’environ 2% des GES mondiaux.

La sobriété numérique encourage à réduire l’impact environnemental de la conception, de la fabrication et de l’usage des infrastructures et des outils numériques.

Plusieurs pratiques, individuelles et collectives, permettent d’utiliser le numérique de façon plus écoresponsable.

Contrecoups environnementaux

«La fabrication des appareils numériques mobilise de nombreuses matières premières, qui nécessitent de grandes quantités d’eau et d’énergie», explique le chargé de projet pour le défi numérique de l’organisme Chemins de transition, Martin Deron.

Il ajoute qu’un ordinateur de deux kilogrammes (kg) requiert 600 kg de matières premières et qu’environ 80% de l’empreinte environnementale d’un téléphone intelligent est produite lors de sa fabrication.

«Un téléphone intelligent contient environ une cinquantaine de métaux différents dont l’extraction émet de grandes quantités de GES et de déchets toxiques», soutient l’analyste en réduction à la source de l’organisme Équiterre, Amélie Côté.

Ainsi, les conséquences sur les écosystèmes locaux et la santé humaine sont lourdes, comme la pollution des sols et des eaux.

Une fois que les appareils fonctionnent, l’énergie utilisée est directement liée à leur consommation électrique, à celle du réseau et des centres informatiques, ainsi qu’à la fabrication des équipements du réseau et des centres informatiques, d’après M. Deron.

De plus, seule une infime partie des appareils numériques est recyclée, alors que la majorité se retrouve dans des lieux d’enfouissement ou des décharges à ciel ouvert, notamment en Afrique.

«Il y a encore 10 000 tonnes d’appareils électroniques provenant des citoyens qui sont jetées chaque année au Québec», précise Mme Côté.

Pratiques individuelles et collectives

À l’échelle individuelle, M. Deron recommande de réduire le besoin de fabriquer de nouveaux équipements en prolongeant la durée de vie des appareils ou en privilégiant le reconditionnement.

Il appelle également à changer les trajectoires du numérique au Québec, via des changements dans le domaine de la culture numérique, mais également dans les modèles d’affaires des entreprises.

«Tout le monde a un rôle à jouer dans cette transformation, que ce soient les investisseurs, la société civile, les entreprises du numérique, les utilisateurs, les institutions d’éducation et de recherche et les acteurs gouvernementaux», pense le chargé de projet pour le défi numérique de l’organisme Chemins de transition.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.