Entrepreneuriat
09:39 15 décembre 2021 | mise à jour le: 15 décembre 2021 à 09:39 Temps de lecture: 3 minutes

Mère et fille en affaires

Mère et fille en affaires
Photo: Rosewood PhotographieL'entreprise est en train de se hisser parmi les grandes marques haut de gamme.

ENTREPRISE. Ça roule comme sur des roulettes pour Liza-Marie Côté-Lachance et sa mère Marie Côté. Leur nouvelle entreprise de maillots de bain, Julia Francina, est en train de se hisser parmi les grandes marques haut de gamme dans le milieu.

Aux dires de la jeune femme, elles forment un duo d’entrepreneures qui se complète à merveille. «Ma mère et moi formons une équipe parfaite, lance-t-elle. J’apporte ma touche personnelle à chaque pièce de maillot que je dessine. Je m’inspire des défilés de mode des années 1990 et 2000 lorsque je passe en mode création. Ma mère gère les opérations en supervisant la sélection des manufacturiers et en choisissant les couleurs, les tissus et les imprimés qu’elle intègre ensuite soigneusement à mes créations.»

Une participation au concours SwimSuit USA il y a quelques années a contribué à entrevoir la possibilité de partir en affaires dans le domaine. «En tant que participante, il m’était très difficile de trouver un maillot que j’aimais.» L’idée a été lancée sérieusement en 2017, et il aura fallu plusieurs mois de démarches et de planification ensemble avant de concrétiser le projet.

Un début parsemé d’embûches

Partant de zéro, les deux femmes autodidactes ont vécu plusieurs défis depuis le lancement de leur entreprise en 2019, dont un vol d’argent, des difficultés d’approvisionnement, et bien entendu, le contexte pandémique. Les deux femmes ont su toutefois tirer parti de toutes ces expériences avec beaucoup de résilience.

Elles sont particulièrement fières de leurs nouvelles collections, et d’être passées de la vente locale à l’expansion internationale pendant l’une des périodes les plus difficiles de 2020. Elles se sont frayé un chemin vers des pays comme la Belgique, le Royaume-Uni et le Brésil pendant la pandémie. «Nous ferons bientôt partie de la section de luxe sur le site Web de Bikini Village partout au Canada, mentionne fièrement Marie Côté. Nous travaillons aussi sur d’autres produits en 2022.»

La qualité avant tout

Les femmes placent la qualité au centre de leurs décisions professionnelles. «Ce qui nous distingue, c’est la qualité des tissus qui collent à la peau, rapporte Marie Côté. On prend soin de sélectionner les plus doux et les plus extensibles. Nos produits sont faits en Colombie parce qu’on voulait faire affaire avec des personnes qui se spécialisent dans les maillots. Avec eux, on peut choisir notre propre tissu, et choisir le print qu’on met dessus, ce qui nous offre une plus grande liberté de choix.» Cette liberté leur permet d’ailleurs d’offrir des maillots originaux et exclusifs.

«On souhaite aider nos clientes à s’accepter comme elles sont. Ça fait partie de nos valeurs.»

– Marie Côté, co-propriétaire

L’acceptation du corps

Le duo est bien conscient qu’un grand nombre de femmes n’aiment pas leur corps, et que l’achat d’un maillot de bain n’est pas toujours une partie de plaisir. «On prône tous les types de corps, et c’est aussi pour cela qu’on met l’accent sur la coupe et la qualité, mentionne Liza-Marie Côté-Lachance. Sur notre site Web, on voit des femmes avec différentes formes. On souhaite aider nos clientes à s’accepter comme elles sont. Ça fait partie de nos valeurs.»

Les créations sont disponibles sur le Web : https://juliafrancina.com/

Articles similaires

13:54 21 janvier 2022 | mise à jour le: 28 janvier 2022 à 11:04 Temps de lecture: 1 minutes
Boischatel en neige

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.