Entrepreneuriat
07:29 26 novembre 2021 | mise à jour le: 26 novembre 2021 à 09:20 Temps de lecture: 2 minutes

Sortie de crise: le Cactus tire son épingle du jeu

Sortie de crise: le Cactus tire son épingle du jeu
Photo: gracieusetéLe Cactus a toujours été un lieu de rassemblement pour les universitaires, les jeunes professionnels et la fidèle clientèle des 31 dernières années.

RESTAURATION. Tous les restaurateurs ne sont pas égaux devant la sortie de crise postpandémie et, surtout, la pénurie de main-d’œuvre. Si la plupart en arrachent et doivent s’adapter à la difficile réalité, d’autres s’en sortent mieux que la majorité de l’industrie. C’est le cas notamment pour les dirigeants du Cactus, qui roulent leur bosse sur la rue Myrand à Sainte-Foy depuis plus de 30 ans.

Le copropriétaire Louis Caron souligne que le Cactus a été un précurseur dans la tendance favorable à l’offre de bières de microbrasseries. Photo gracieuseté

Pour les copropriétaires Louis Caron et Hugues Gagnon, la possibilité de compter sur un personnel engagé et passionné fait une grande différence. Cela contribue à l’esprit d’équipe et au souci d’entraide pour maintenir une ambiance de travail agréable. De leur côté, les patrons ont procédé à des allègements en réduisant les heures d’ouverture et en simplifiant le menu, pour faciliter la tâche de tout le monde. La pause a aussi permis de mettre en canette les bières maison produites sous la marque Benelux.

Écoute et entraide

«Tout part des employés. La crise nous a frappés de plein fouet, mais l’équipe a mis les bouchées doubles pour se relayer au bar, au service et en cuisine afin qu’on s’en sorte, ensemble. On est comme une grande famille et c’est en s’entraidant qu’on est en voie de passer au travers», mentionne M. Caron. Celui qui agit comme directeur des opérations salue au passage les initiatives gouvernementales, dont la prestation canadienne d’urgence (PCU).

«Ça nous a sauvés temporairement durant nos trois mois de fermeture complète. Les employés ont pu avoir un revenu d’appoint durant cette période d’incertitude. Ainsi, dès que nos opérations ont pu reprendre, ils étaient prêts à revenir au boulot. Il faut dire que nous profitons d’une situation particulière à proximité du campus universitaire. Notre bonne réputation a un effet positif autant dans le recrutement et la rétention du personnel que dans la fidélité de la clientèle», poursuit M. Caron.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.