11:00 18 février 2021 | mise à jour le: 18 octobre 2021 à 14:53 Temps de lecture: 4 minutes

Créer une deuxième entreprise pour survivre

Créer une deuxième entreprise pour survivre
Éric Grenier et Sébastien Julien se sont collés à de grands partenaires locaux pour développer l’offre de produits de Masoif. /Photo gracieuseté – Éric Grenier

PANDÉMIE. Alors que les propriétaires de l’agence de voyages Rêve Sportif s’apprêtaient à fêter le 15e anniversaire de leur entreprise, ils ont choisi de se lancer dans un second projet pour diversifier leurs sources de revenus et survivre à la crise sanitaire.

Avant la pandémie, près de 75% du chiffre d’affaires annuel de Rêve Sportif se jouait en automne, pendant la saison de football de la National Football League (NFL). /Photo gracieuseté – Éric Grenier

L’idée peut sembler audacieuse, voire paradoxale, d’entreprendre la création d’une deuxième compagnie pour continuer à subvenir à la première, mais c’est ce que les résidents de Québec Éric Grenier et Sébastien Julien ont cru bon de faire. Et ils n’ont pas eu tort.

«En l’espace de quelques jours, on est passé d’un chiffre d’affaires de quelques millions de dollars à zéro. Les douanes ont fermé. Le sport s’est arrêté ou les spectateurs n’étaient plus autorisés. On a regardé n’importe quelle alternative, mais c’était impossible de continuer», raconte l’un des copropriétaires, Éric Grenier, en songeant au début de la pandémie de COVID-19 au Québec, au printemps 2020.

Rêve Sportif est une agence de voyages sportifs fondée par les deux entrepreneurs en 2006. Avant la crise sanitaire actuelle, l’entreprise offrait près de 80 voyages par année en autocar de luxe, à travers le Canada et les États-Unis. Presque tous les matchs de football, de hockey, de basketball et de baseball en Amérique du Nord étaient inscrits au calendrier de l’agence.

Service essentiel

«Quand tout s’est arrêté, Sébastien et moi on s’est dit que s’il y avait une deuxième vague, on voulait devenir un service essentiel», confie Éric Grenier. Les deux associés ont ainsi créé Masoif, un service de livraison de nourriture et de bières de microbrasserie québécoises.

«Un service comme celui-là [Masoif], ça n’existait pas à Québec. On vend uniquement des produits locaux, des bières, des côtes levées, des ailes de poulet, des pizzas, des tartes, des sauces, des fromages, etc. On a adapté notre service de livraison pour la pandémie avec des plages horaires et on tient notre inventaire en direct, sur le site web. On est renversé par le succès que ça a jusqu’à maintenant.»

-Éric Bernier

Rêve Sportif a fêté son 15e anniversaire le 3 janvier 2021. /Photo gracieuseté – Éric Grenier

Les deux entreprises ne semblent pas œuvrer dans les mêmes domaines, mais ne sont pas si étrangères l’une à l’autre. Éric Grenier et Sébastien Julien, de grands amateurs de bières de microbrasserie, organisaient déjà depuis 2016 des voyages de Québec à Boston pour faire découvrir des bières de renommée mondiale. Le voyage offert par Rêve Sportif était animé par un guide spécialisé qui a aidé les entrepreneurs à établir l’inventaire de Masoif à l’été 2020. Aujourd’hui, l’entreprise compte près de 60 bières québécoises différentes dans son menu.

L’épicerie virtuelle Masoif a servi ses premiers clients le 23 septembre 2020. Les entrepreneurs ont réaménagé le local de Rêve Sportif pour y accueillir leur deuxième entreprise. Bien que Masoif occupe actuellement les deux hommes à temps plein, il n’est pas question de fermer Rêve Sportif pour Éric Grenier. «Quand les voyages vont repartir, on veut recommencer Rêve Sportif. Masoif a été une belle surprise pour nous et elle est là pour rester, mais Rêve Sportif a beaucoup d’adeptes».

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *