La parole aux candidats Louis-Saint-Laurent

La parole aux candidats Louis-Saint-Laurent

POLITIQUE. L’Actuel vous présente les candidats dans la circonscription Louis-Saint-Laurent à l’aide de cinq phrases à terminer.

(Photo gracieuseté)

Colette Amram Ducharme, NPD
1 – Je me présente en politique parce que «je veux participer à éliminer les inégalités sociales pour que les aînés, les minorités, les peuples autochtones ne soient plus traités comme des citoyens de seconde classe.»

2 – Ma priorité locale après mon élection sera «d’investir dans des logements sociaux et abordables.»

3 – Pour son développement économique, la région de Québec a besoin «d’infrastructures et de transport collectif vert.»

4 – La protection de l’environnement passe par «des investissements dans les énergies propres.»

5 – À l’ère numérique, notre identité culturelle nécessite «de taxer les « géants du web » et de faire de plus gros investissements dans notre culture.»

 

Natif de Québec, Jean-Christophe Cusson est marié et père de quatre enfants. Il possède près de 20 ans d’expérience dans le domaine des technologies de l’information, dont cinq années à des postes de gestion. (Photo gracieuseté)

Jean-Christophe Cusson, Parti libéral

1 – Je me présente en politique parce «il est temps que les citoyens de Louis-Saint-Laurent soient représentés par une personne qui partage et vit les mêmes réalités qu’eux. Une personne en qui ils vont se reconnaître, qui est capable de les comprendre et de les défendre.»

2 – Ma priorité locale après mon élection sera «de terminer le travail de consultation de mes concitoyens, des organismes communautaires ainsi que des gens d’affaires entamé lors de ma campagne. De classer, de prioriser les enjeux et les problématiques soulevées et de mettre en œuvre une stratégie de résolution de problème.»

3 – Pour son développement économique, la région de Québec a besoin de «main d’œuvre. Je ferai tout, en collaboration avec le gouvernement du Québec, pour faciliter les démarches et l’intégration de nouveaux arrivants.»

4 – La protection de l’environnement passe par «la lutte contre les changements climatiques. Je souhaiterais agrandir les aires protégées et les parcs naturels par de nouvelles mesures de conservation, comme le gouvernement libéral a commencé à le faire. Le gouvernement doit accompagner tous les secteurs de l’économie afin d’utiliser de plus en plus des énergies propres et réduire les gaz à effet de serre.»

5 – À l’ère numérique, notre identité culturelle nécessite «que tous les citoyens aient accès à internet, c’est devenu un besoin essentiel. Cela implique une meilleure couverture et une meilleure vitesse. De plus, nous devons continuer d’améliorer l’accès et le soutien à la création et à la diffusion des contenus canadiens et québécois.»

 

Né à Québec, Gérard Deltell a été journaliste puis député provincial de l’Action démocratique du Québec de 2008 à 2012, et le chef de 2009 à 2012 puis député provincial jusqu’en 2014. Il est devenu député fédéral en 2015 (Photo gracieuseté)

Gérard Deltell, Parti conservateur

1 – Je me présente en politique parce «je veux contribuer à améliorer la vie des gens tout en les représentant dignement. Il est primordial pour moi de toujours être à l’écoute de leurs besoins. Ensemble, nous trouvons des solutions réalistes et responsables qui reposent sur le gros bon sens. J’ai le grand privilège d’être élu depuis maintenant 11 ans, soyez assurés que je vais continuer à déployer toutes mes énergies dans la réalisation de ces objectifs.»

2 – Ma priorité locale après mon élection sera «d’accompagner le gouvernement du Québec pour la concrétisation du projet du troisième lien. D’assurer aussi la qualité de vie de nos jeunes, nos travailleurs et nos aînés en contribuant à leur enrichissement par des baisses d’impôts qui bénéficieront à l’ensemble des familles.»

3 – Pour son développement économique, la région de Québec a besoin de «remédier à la pénurie historique de main-d’œuvre à laquelle nous faisons face. Cela implique des incitatifs qui permettront aux retraités de travailler à temps partiel sans être pénalisés par l’impôt et une réduction des fardeaux réglementaires et fiscaux des travailleurs canadiens et de leurs employeurs tel que nous le proposons.»

4 – La protection de l’environnement passe par «l’investissement dans les secteurs de la haute technologie pour que les entreprises diminuent leurs émissions et une aide aux citoyens qui souhaitent entreprendre des rénovations domiciliaires écoénergétiques.»

5 – À l’ère numérique, notre identité culturelle nécessite «une ouverture sur le monde et une équité fiscale pour tous.»

 

Mère de deux enfants, elle est issue d’une famille de marins du comté de Charlevoix. (Photo gracieuseté)

Jeanne-Paule Desgagnés, Bloc Québécois

1 – Je me présente en politique parce «je désire défendre les consensus de l’Assemblée nationale du Québec à Ottawa, en matière de langue, de cultures, d’immigration et de laïcité. Le principe d’égalité homme femme est une valeur non négociable que je désire porter si je suis élue.»

2 – Ma priorité locale après mon élection sera «la sauvegarde du parc de la rivière Lorette et contre le prolongement dans cette zone naturelle de l’autoroute 40. Que les chantiers maritimes du Québec aient leur juste part des investissements fédéraux dans le domaine de la construction navale.»

3 – Pour son développement économique, la région de Québec a besoin «que le réseau du tramway desserve le quartier qui en a le plus besoin, dont l’édifice du Ministère des Transports (Marly) ce qui sera un plus pour l’environnement.»

4 – La protection de l’environnement passe par «le reboisement intensif de la région. Favoriser le développement de la voiture électrique et surtout la rendre accessible au plus grand monde. S’assurer de ne plus faire de vidange des eaux usées du système de traitement de Québec dans le Saint-Laurent. Développer de nouvelles technologies en la matière.»

5 – À l’ère numérique, notre identité culturelle nécessite «une prise de conscience collective sur la place du français dans le numérique. Qu’on soutienne nos créateurs comme cela se fait dans le monde. Je vous réfère au programme du Bloc qui favorise une juste part d’imposition de ces géants, ce qui est une question d’équité.»

 

Père de deux garçons, il est diplôme d’études collégiales dans le domaine des sciences humaines, en analyse de systèmes et optimisation de processus, avec un profil en gestion. (Photo gracieuseté)

Guillaume Labonté-Côté, Parti populaire

1 – Je me présente en politique parce «le seul chef crédible pour changer les choses, c’est Maxime Bernier et parce que j’ai la liberté d’expression et la démocratie à cœur.»

2 – Ma priorité locale après mon élection sera «de redonner le pouvoir aux citoyens. Les dossiers locaux doivent être réalisés par les élus locaux. On abolira le programme d’infrastructure pour baisser les impôts. De plus, pour les anciens combattants, nous souhaitons remettre les sommes que les Conservateurs ont coupées.»

3 – Pour son développement économique, la région de Québec a besoin «d’un aéroport international. Il y a un problème lorsque cinq millions de Canadiens traversent la frontière pour aller prendre l’avion et économiser jusqu’à 30% du prix. Nous sommes également le seul grand marché dans le monde non desservi par des compagnies aériennes à très bas prix.»

4 – La protection de l’environnement passe par «un examen des faits. L’alarmisme actuel sert à justifier la taxe carbone qui fait grimper le coût de la vie et des subventions sur des véhicules de luxe, dont l’impact environnemental est discutable.»

5 – À l’ère numérique, notre identité culturelle nécessite «que les médias comprennent que l’opinion, de nos jours, s’émet par les réseaux sociaux. Il y a un marché pour le journalisme, mais deux personnes sur cinq ne font plus confiance aux médias, injecter plus d’argent n’est pas une solution. De plus, on doit réduire la taille du CRTC pour diminuer les coûts de télécommunication et pas l’augmenter comme le proposent les Libéraux.»

 

Sandra Riedo est une ingénieure électronique âgée de 40 ans. Elle est née à Curitiba dans le sud du Brésil et a immigré au Canada en 2009. Elle s’est présentée en politique pour la première fois en 2018 en portant les couleurs du Parti vert du Québec dans la circonscription de La Peltrie. (Photo gracieuseté)

Sandra Riedo, Parti vert

1 – Je me présente en politique parce «j’aime aider les gens. Je me sens responsable de protéger notre environnement et la population. Je veux faire une contribution pour l’avenir de l’humanité et de notre planète.

2 – Ma priorité locale après mon élection sera «le bien-être des citoyennes et le développement durable.»

3 – Pour son développement économique, la région de Québec a besoin «d’un transport en commun de qualité et l’utilisation de la technologie et des énergies renouvelables pour faire du développement durable.

4 – La protection de l’environnement passe par «la conscientisation des citoyens, la prise de responsabilité par les autorités et l’application des technologies disponibles pour aller vers un développement durable et responsable envers notre planète.»

5 – À l’ère numérique, notre identité culturelle nécessite «une approche plus humaine envers nos valeurs comme ligne principale, en utilisant la technologie numérique en tant qu’outil d’appui.»

Commentaires 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Lucie

    Il y a une erreur dans la publication du bloc québécois. Le ministère à Marly est Revenu Québec et non pas le Transport

  • jecomprendspas

    heinnnn??6

  • lorettain

    je ne peux pas croire que du monde vote conservateur méchant beaux projet sur l’avortement

Articles similaires