La parole aux candidats: Élections fédérales 2019 – Beauport – Côte-de-Beaupré – Ile d’Orléans – Charlevoix

La parole aux candidats: Élections fédérales 2019 – Beauport – Côte-de-Beaupré – Ile d’Orléans – Charlevoix

POLITIQUE. Cette semaine, L’Autre Voix vous présente les candidats dans la circonscription de Beauport – Côte-de-Beaupré – Ile d’Orléans – Charlevoix à l’aide de cinq phrases à terminer.

Raymond Bernier a été membre de la Commission politique du Parti libéral du Québec, région de Québec, de 1994 à 2003 et élu député de ce parti dans Montmorency en 2003 et réélu dans Montmorency en 2008 et en 2014. (Photo gracieuseté)

Raymond Bernier, Indépendant

Je me présente en politique parce que… «je suis un candidat d’expérience qui n’a pas seulement été à l’écoute depuis 15 ans, mais qui a travaillé pour faire des actions concrètes dans sa circonscription.

Ma priorité locale après mon élection sera: «de porter la voix des citoyens plutôt qu’être le porte-parole d’un parti politique.»

Pour son développement économique, la région de Québec a besoin:  «d’un vrai député d’expérience qui connait les programmes, qui a une vision sur le développement et qui s’assurera que les organismes ou entreprises pourront bénéficier de l’argent disponible à Ottawa.

La protection de l’environnement passe par:  «une multitude de petits gestes que chacun de nous peut poser à la maison chaque jour pour contribuer à protéger l’environnement, les gouvernements doivent supporter l’éducation plutôt que la taxation.»

À l’ère numérique, notre identité culturelle passe par: «nécessite des investissements, pour une qualité de presse, une information de qualité et une diffusion de notre culture dans l’ensemble du pays.

 

Sylvie Boucher a occupé plusieurs fonctions, tant aux gouvernements du Québec et du Canada, et ce, dans plusieurs cabinets ministériels. Actuellement elle occupe le poste Secrétaire parlementaire responsable des Affaires rurales et du Développement économique pour les régions du Québec et est membre de l’Assemblée des parlementaires de la francophonie (APF). (Photo gracieuseté)

Sylvie Boucher, Parti conservateur

Je me présente en politique parce que… «je veux continuer d’être présente pour développer la région et défendre les intérêts de la population.»

Ma priorité locale après mon élection sera: «de répondre aux demandes de mes concitoyens, et de voir au développement économique de la circonscription avec les intervenants du milieu.»

Pour son développement économique, la région de Québec a besoin: «du troisième lien et de trouver des solutions pour pallier la pénurie de main-d’œuvre.»

La protection de l’environnement passe par: «l’innovation – des technologies vertes, pas de taxes, la protection de nos milieux naturels et de faire des changements climatiques une lutte mondiale.»

À l’ère numérique, notre identité culturelle passe par: «de travailler à trouver des solutions pour s’assurer que c’est le libre marché qui décide; et que les commerçants et entrepreneurs reprennent la fierté de s’afficher dans nos médias locaux (achat local).»

 

Gérard Briand est fier de son statut d’Autochtone de la communauté montagnaise de Mashteuiatsh et est un philanthrope avec 30 ans de résultats en collecte de fonds pour de grandes causes, comme le cancer et la maladie d’Alzheimer. (Photo gracieuseté)

Gérard Briand, Nouveau parti démocratique

Je me présente en politique parce que… «par convictions, en toute intégrité, honnêteté et sincérité.

Ma priorité locale après mon élection sera: «de dire merci et de regrouper les leaders clés prêts à assurer le plan d’urgence de la transition énergétique pour contrer les changements climatiques.»

Pour son développement économique, la région de Québec a besoin: «de taxer les milliardaires GAFAN (Google, Apple, Facebook, Amazon et Netflix) qui détruisent PME, commerces et entrepreneurs locaux.»

La protection de l’environnement passe par: «un changement radical de nos modes de consommation au quotidien. Vive les incitatifs au transport collectif. À bas: pétrole, gaz et plastique. Point final.»

À l’ère numérique, notre identité culturelle passe par: «de s’ouvrir à la différence, à la diversité et de l’affirmer avec créativité.»

 

 

Caroline Desbiens est membre du Conseil de la souveraineté du Québec de 2010 à 2014, elle a été nommée patriote de l’année 2013 par la Société nationale des Québécoises et des Québécois de la Capitale-Nationale. Militante environnementaliste, elle fait partie du club sélect des ambassadeurs du fleuve Saint-Laurent de la Fondation David Suzuki. (Photo gracieuseté)

Caroline Desbiens, Bloc québécois

Je me présente en politique parce que… «plus j’écoute les chefs des autres partis sur les dossiers de l’environnement, de la culture, de la main-d’œuvre et du respect des décisions prises par l’Assemblée nationale, plus je constate qu’il est essentiel de voter pour le Bloc afin de défendre les intérêts du Québec à Ottawa.»

Ma priorité locale après mon élection sera: «d’avoir les outils nécessaires pour faire du développement rural et durable dans le but de faciliter, entre autres, la relève agricole en modifiant les règles de l’exemption des gains en capital et, par ailleurs, de favoriser la rétention de la main-d’oeuvre en rapatriant les sommes nécessaires pour l’immigration et en exigeant une réforme en profondeur de l’assurance-emploi.»

Pour son développement économique, la région de Québec a besoin: «d’une économie verte et créatrice de richesse partout sur notre territoire puisque nous avons une économie diversifiée qu’il faut soutenir en encourageant l’implantation de nouvelles entreprises et de nouveaux modèles d’affaires tout en allégeant l’accessibilité des programmes fédéraux.»

La protection de l’environnement passe par: «le combat, bec et ongles, contre le projet de pipeline de TransCanada destiné à transporter du pétrole issu des sables bitumineux en traversant plus de 800 cours d’eau québécois, incluant notre fleuve Saint-Laurent et notre Réserve mondiale de la Biosphère.«

À l’ère numérique, notre identité culturelle passe par: «nécessite de soutenir la création d’une commission servant à implanter des politiques pour la promotion et la protection des cultures francophones sur les plates-formes en ligne comme, par exemple, un CRTC québécois répondant aux besoins spécifiques du Québec.»

 

Manon Fortin œuvre dans le milieu communautaire depuis plus de dix-sept ans. Elle a aussi été présidente de l’association libérale fédérale de la circonscription de Beauport, Côte-de-Beaupré, île d’Orléans, Charlevoix en 2017-2018.Courte présentation du candidat.(Photo gracieuseté)

Manon Fortin, Parti libéral

Je me présente en politique parce que… «je désire travailler avec les citoyens pour améliorer la qualité de vie des gens que je représente et accroître la vitalité économique de notre région en amenant des propositions concrètes aux problèmes rencontrés.»

Ma priorité locale après mon élection sera: «certainement être à l’écoute pour bien comprendre les besoins de mon milieu et me mettre en mode solution dès le jour 1.»

Pour son développement économique, la région de Québec a besoin: «d’amener des solutions au problème de pénurie de main-d’œuvre, notamment en allégeant le processus visant à faire venir les travailleurs étrangers pour les récoltes et de donner l’accès à la connectivité internet haute vitesse pour l’ensemble des municipalités de ma circonscription.»

La protection de l’environnement passe par: «l’audace et la confiance de faire les choix nécessaires afin d’assurer une qualité de vie aux générations futures.»

À l’ère numérique, notre identité culturelle passe par: «nécessite d’être conservée et stimulée, notamment par un soutien visant à faciliter une transition harmonieuse et féconde vers des façons de faire adaptées à cette nouvelle réalité.»

 

Richard Guertin est très engagé dans les dossiers environnementaux divers depuis de nombreuses années.  (Photo gracieuseté)

Richard Guertin, Parti vert

Je me présente en politique parce que… «que je veux faire des changements réels et avec mes 20 années d’expériences dans l’environnement, je peux vous confirmer qu’il est nécessaire de travailler avec nos gouvernements afin de réaliser nos plans d’action rapidement.»

Ma priorité locale après mon élection sera: «de créer une économie circulaire afin d’assurer une transition pour le projet d’incubateur de solutions biotechnologiques qui favorisera la rétention de nos jeunes en région en leurs donnants accès à des formations et à des emplois bien rémunérés.»

Pour son développement économique, la région de Québec a besoin: «de notre projet d’incubateur de solutions biotechnologiques pour faire le pont entre la population rurale et urbaine ce qui favorisera la rétention des adolescents avec nos modules universitaires.»

La protection de l’environnement passe par: «l’économie circulaire pour assurer une transition vers l’incubateur de solutions biotechnologiques qui validera les preuves de concepts et montrera qu’économie et écologie vont de paires.»

À l’ère numérique, notre identité culturelle passe par: «une protection particulière contre le vol d’identité et c’est pourquoi il faut un consensus des 5 continents afin d’établir de nouvelles règles pour l’être humain.»

 

 

Jean-Claude Parent du Parti populaire n’a pas répondu à nos nombreux messages.

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *