Impots
13:29 29 avril 2015 | mise à jour le: 29 avril 2015 à 13:29 temps de lecture: 5 minutes

Qui paye le plus de taxes et d’impôt au Québec?

ÉCONOMIE. Au moment où les citoyens du Québec sont en plein blitz pour acheminer leurs déclarations d’impôts, une enquête de TC Media révèle que les contribuables de certaines régions paient systématiquement davantage ou moins que leurs concitoyens en fonction de l’endroit où ils ont choisi de s’établir. En raison des taxes qui sont prélevées par les Villes et les commissions scolaires, de même que la valeur de leur maison, les Québécois n’ont pas tous le même poids sur le dos.

À partir des données de Statistique Canada sur les revenus moyens et la valeur moyenne des propriétés par municipalité, TC Media a dressé le palmarès des contribuables les plus sollicités, puis déterminé ce que verse au total en impôts, taxes municipales et taxe scolaire le travailleur moyen propriétaire d’une maison moyenne de chaque localité.

D’un extrême à l’autre, le contribuable moyen verse aux divers paliers de gouvernement entre 9% et 41% de ses revenus, révèle notre analyse. Pour Isabelle Sévigny directrice principale recherche fiscale et fiscalité chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), le palmarès représente «un exercice intéressant» qui permet aux contribuables et aux familles à la recherche d’une région où s’établir de les comparer entre elles.

Pour consulter notre carte interactive: http://www.quebechebdo.com/PageVolante/7002/Impots-et-taxes-au-Quebec

Les extrêmes

L’enquête réalisée par TC Media démontre que ce sont les résidents de Westmount qui sont les plus taxés, alors qu’ils versent en moyenne 41% de leurs revenus, soit la somme de 44 348,24$. D’ailleurs, les huit premières municipalités du palmarès se situent toutes sur l’île de Montréal, ce qui s’explique notamment par la valeur particulièrement élevée des propriétés. Dans la région de la Capitale-Nationale, c’est Sainte-Pétronille qui remporte la palme avec une contribution totale de 16479,71$. Dans l’agglomération de Québec, la contribution est très semblable dans la ville centre et à L’Ancienne-Lorette avec respectivement 9322,35$ et 9541,34$. Saint-Augustin-de-Desmaures fait toutefois bande à part avec une contribution de 14223,58$.

À l’opposé, ce sont les contribuables moyens de Saint-Just-de-Bretenières dans Chaudière-Appalaches qui paient le moins. Ils versent au total en moyenne 2 171,84$ aux différents tentacules de l’État. Plus près de chez nous dans la région, c’est Saint-Tite-des-Caps qui verse la plus petite contribution avec 4395,46$.Des revenus moyens peu élevés, parfois sous le seuil de la pauvreté, et des propriétés de valeur proportionnelle expliquent de toute évidence les positions les moins élevées du palmarès.

Au total, le Québec compte 1 110 municipalités, mais le répertoire des données financières du ministère des Affaires municipales n’en contient que 1 086. Cela s’explique par le fait que 24 mairies n’ont pas fourni à Québec leurs informations financières. Il n’est donc pas possible de répertorier ces municipalités dans notre analyse. Nous avons aussi dû retirer 57 autres localités en raison du manque de statistiques sur les salaires moyens et la valeur moyenne des logements. Notre palmarès compte donc au final 1 029 municipalités.

L’essence pèse lourd dans la balance

Les Québécois ne sont pas tous égaux devant la station-service. «Les taxes sur l’essence influencent certainement le fardeau fiscal selon les régions», soutient Isabelle Sévigny, directrice principale recherche fiscale chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT).

Sur chaque litre d’essence, le gouvernement fédéral impose une taxe de 0,10$ à laquelle s’ajoute celle du gouvernement provincial de 0,192$. Pour les Montréalais, une troisième taxe municipale vient gonfler le prix d’un autre 0,03$. Tout ça sans oublier les TPS et TVQ calculées sur la valeur totale.

Certains citoyens qui habitent des municipalités à proximité de la frontière américaine ou encore près des limites de l’Ontario ou du Nouveau-Brunswick bénéficient de «rabais» sur l’essence.

Le budget déposé par le ministre des Finances Carlos Leitao, le 26 mars dernier, est venu bonifier ces réductions de taxes. Depuis le 1er avril, les stations-services situées à moins de 5 km de la frontière américaine bénéficient d’un rabais de 0,12$ par litre, le rabais est réduit à 0,08$ entre 5 et 15 km, puis à 0,03$ entre 15 et 20 km.

Près de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, les rabais consentis aux automobilistes représentent 0,08$ par litre à moins de 5 km, 0,06$ entre 5 et 10 km, 0,04$ entre 10 et 15km et 0,02$ entre 15 et 20 km.

Sources des données

Revenu moyen et valeur moyenne des logements: Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages, 2011.

Taux global de taxation uniformisé: Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, indicateurs de gestion, 2014.

Taux de taxe scolaire: Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2014-2015.

À lire également: Dossier taxes et impôts: difficile de déterminer qui en a le plus pour son argent

Pour consulter notre carte interactive: http://www.quebechebdo.com/PageVolante/7002/Impots-et-taxes-au-Quebec

Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *