Dossiers
11:14 15 juillet 2015 | mise à jour le: 15 juillet 2015 à 11:14 temps de lecture: 3 minutes

Apprendre à connaître l’autre

DOSSIER. Installé à Sainte-Pétronille sur l’Île d’Orléans, Stéphane a d’abord vécu l’expérience de l’échange de maison avant de se lancer dans la location de son terrain pour les campeurs.

Dès les débuts de la montée en popularité de l’échange de maison, Stéphane et son collègue ont démarré leur propre site internet où il est possible d’afficher sa maison pour un échange de façon tout à fait gratuite. «Nous voulions que l’accent soit mis sur certaines valeurs de base, comme le partage, la gratuité et l’indépendance», explique-t-il.

Sa famille et lui ont d’ailleurs participé à de tels échanges à quelques reprises. «L’idéal est de prendre contact au moins six mois avant de partir, croit-il. Après plusieurs discussions avec l’autre famille, on est en mesure de savoir si leur demeure et leurs valeurs sont similaires aux nôtres.» Il recommande aussi de se réserver quelques jours en commun dans la maison pour établir une bonne connexion entre les deux familles.

L’échange de maison lui apparaît comme un voyage idéal pour les jeunes familles. «Ça permet de voyager à long terme, éclaire-t-il. Ce serait inconcevable de partir quatre semaines à l’hôtel avec de jeunes enfants.» Les commodités d’une maison représentent pour lui une valeur ajoutée. «Tu fais vraiment comme chez toi», explique-t-il.

De l’échange à la location

Après plusieurs expériences d’échanges, Stéphane a choisi de s’inscrire sur la plateforme d’Airbnb pour commencer la location de chambre dans sa maison. «Ça m’a pris un moment avant de me décider, parce que j’étais mal à l’aise de faire payer pour partager un aussi bel endroit», raconte-t-il.

En plus de louer une chambre dans sa maison, les campeurs ont aussi la possibilité de s’installer dans la cour. «Il n’y a qu’un seul camping sur l’Île d’Orléans. Un couple de campeurs que j’ai reçu chez nous m’a avoué qu’ils ne seraient pas restés sur l’île s’il n’avait pas pu camper ici.»

L’expérience de la location lui a paru plus froide que l’échange de maison. «Quand j’ai loué avec Airbnb, je m’attendais à pouvoir rencontrer les gens et échanger avec eux, rapporte-t-il. Au contraire, l’accent est beaucoup mis sur la rapidité, même sur le site. Les gens te donnent les clés et partent tout de suite après.»

Stéphane a quand même décidé de se lancer dans la location de sa maison pour la proximité avec les gens. «J’aime rencontrer de nouvelles personnes, c’est pour ça que je le fais. Même si ça rapporte un peu d’argent et que ça peut te dépanner, je loue à bas prix pour inciter les gens à venir chez nous.»

À lire également:

Vivre son voyage différemment

Une présence en voyage

L’expérience de locateur et de locataire

À la rencontre de l’inconnu

Entre deux colocs

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *