Débats
06:56 26 avril 2022 | mise à jour le: 26 avril 2022 à 16:08 Temps de lecture: 3 minutes

Abattage déploré d’arbres à la place de l’hôtel de ville

Abattage déploré d’arbres à la place de l’hôtel de ville
Photo: Métro Média

Des citoyennes et citoyens ainsi que des groupes de la ville de Québec s’indignent à nouveau devant l’abattage injustifié d’arbres matures, cette fois ci, à la place de l’hôtel de ville. Ils exigent que tous projets municipaux prévoyant l’abattage d’arbres soient immédiatement révisés. L’abattage d’arbres sains s’est produit le 25 avril à la place de l’Hôtel de ville, un endroit charmant en voie d’être complètement réaménagé au coût de 14M$. Comme tout projet mené par la Ville de Québec, l’une des premières étapes consiste à abattre les arbres, même dans un quartier en proie aux chaleurs estivales accablantes.

«Pour nous faire avaler la pilule, la Ville nous promet de planter de nouveaux arbres pour hausser l’indice de canopée Ce type de promesses, appuyées d’images agrémentées de gros arbres en santé, ne nous convainc pas. Nous avons besoin des arbres matures maintenant, pas dans 25 ans. Et l’expérience nous démontre que les nouveaux arbres ne parviennent pas tous, hélas, à maturité et, quand ils y arrivent, on les abat en vue d’un autre projet», s’indigne Marie Hélène Felt.

«Une nouvelle administration a récemment été portée au pouvoir à Québec. Nous comptons sur ces nouveaux élus pour qu’un virage soit effectué immédiatement afin de bâtir, maintenant, notre résilience face aux changements climatiques», souhaite Denise Leahy.

«La Ville de Québec devrait revoir les plans des projets où l’abattage d’arbres est prévu. Cette révision permettrait d’abord de déterminer la nécessité des projets. Ensuite, elle identifierait comment l ’aménagement peut être fait avec, comme prémisse, de se donner l’obligation de valoriser les arbres existants tout en les intégrant aux projets. Cette pratique de verdissement assurerait d’importants bénéfices aux plans social, économique et écologique en plaçant l’arbre au coeur du milieu de vie des gens», explique Florian Burkhard.

«De plus, nous réclamons que les arbres conservés soient protégés adéquatement lors de travaux de construction, et ce, en vertu des normes recommandées par le Bureau de norm alisation afin de leur éviter une mortalité précoce», ajoute Valérie Poirier.

«Monsieur le maire, mesdames et messieurs, conseillères, conseillers et fonctionnaires, ce n’est pas devant les journalistes, mais bien devant nos enfants et petits enfants que vous devrez expliquer comment vous avez participé, ou non, à la préservation du patrimoine naturel commun et inestimable que sont les arbres plantés par nos grands parents», renchérit Marie Hélène Joannette Cartier.

Cosignataires de la lettre

  • Florian Burkhard, Collectif Ville que nous voulons
  • Les Amies des Jardins du Corps de Garde
  • Monique Blouin, Sauvons les milieux naturels dans Chaudière
  • Marie Hélène Joannette Cartier, Mère au front
  • Réginald Gagné, citoyen du Vieux Québec
  • Gaétan Paquet, citoyen de Saint Augustin de Desmaures
  • Dorys Chabot, Québec ma ville je t’aime
  • Pierre Turgeon, citoyen de Québec
  • Marie-Hélène Felt, Vigilance arbres Sainte-Foy
  • Vicky Croteau, Mère au front
  • Denise Leahy, Écotram
  • Jean-Paul Galbrand, Forêt Charlesbourg

Articles similaires

06:29 12 mai 2022 | mise à jour le: 12 mai 2022 à 11:46 Temps de lecture: 2 minutes
Ainsi soit-il!

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.