Débats
06:19 23 novembre 2021 | mise à jour le: 25 novembre 2021 à 11:35 Temps de lecture: 5 minutes

Réflexions post électorales à Saint-Augustin

Réflexions post électorales à Saint-Augustin
Photo: Métro Média

L’élection municipale de 2021 est terminée. Même si je n’ai pas été élu conseiller municipal, je suis fier de la façon dont j’ai mené ma campagne et je me compte chanceux, à la sortie de cette expérience intense, de n’avoir ni regrets ni amertume. Au contraire, c’est avec humilité, gratitude et un peu d’étonnement que je réalise que presque 500 personnes m’ont accordé leur confiance et leur vote. Je remercie tous ceux qui ont pris le temps de partager leurs soucis, leurs enjeux et leurs priorités avec moi. C’est un privilège de mieux vous connaître et pour cette raison, j’aimerais partager avec vous quelques réflexions.

Les tours ont davantage d’influence

Au cours de la période électorale, un schisme est devenu apparent entre les résidents des maisons du secteur des Bocages et ceux qui habitent dans les tours d’habitation des rues Lionel-Groulx et Honoré-Beaugrand. Il s’est clairement exprimé lors de la séance d’information sur le projet de plan d’urbanisme, tenue le 21 octobre dernier, en pleine campagne électorale. Les premiers s’inquiètent de la prolifération de tours à condos, les seconds souhaitent que les tours prévues par le constructeur soient complétées.

Résultats du vote le 7 novembre 2021 à Saint-Augustin. Tableau gracieuseté

La construction de tours permet l’arrivée d’électeurs avec un profil et des priorités, perspectives et enjeux différents des résidents des maisons. La mobilisation et la concertation dont ils capables sont impressionnantes et leurs actions risquent de peser fort dans la prise de décision sur l’avenir de notre quartier.

En effet, désormais, trois des six membres du nouveau conseil pourraient être davantage influencés par les résidents des tours. Le district 4 comprend les tours du côté ouest de Lionel-Groulx entre les rues de l’Hêtrière et Saint-Félix. Avec le grand nombre de personnes qui y résident, le nouveau conseiller Martin Maranda n’aura pas le choix que de leur prêter une oreille attentive. Marie-Josée Tardif, dont le district 6 comprend cinq tours, devra en faire autant et, en tant que résidente d’une des tours, il y a fort à parier qu’elle sera sensible à leurs points de vue. À cette situation s’ajoute le fait que la nouvelle conseillère du district 5, Chantal Brochu, habite, elle aussi, dans une des tours d’habitation.

Par ailleurs, il faut mentionner que les tours constituent des propriétés privées et que les propriétaires y interdisent toute sollicitation par les non-résidents, incluant les candidats. Clairement cela soulève des enjeux d’équité d’accès aux électeurs dans le contexte d’une élection et même des enjeux de démocratie.

Une faible participation électorale

Le taux de participation à l’élection municipale s’est avéré faible, ce qui colore la victoire et le mandat des élus. Selon le résultat du recensement des votes distribué par la présidente d’élection, seulement un peu plus de la moitié (53 %) des électeurs ont participé à l’élection. Même si ce taux de participation est plus élevé que dans beaucoup d’autres municipalités, il n’en demeure pas moins qu’aucun des nouveaux membres du Conseil municipal n’a l’appui de la majorité des électeurs inscrits. Si le maire, Sylvain Juneau, a été réélu avec 61,3 % des votes, il n’a reçu l’appui que de 32,7% des électeurs qui avaient le droit de voter. Chez les conseillers élus, seulement Jean Simard (district 2) et Yannick Lebrasseur (district 3) s’approchent de 40 % tandis qu’Éric Fiset, Martin Maranda et Chantal Brochu (respectivement districts 1, 4 et 5) ont l’appui de moins d’un électeur sur trois. Marie-Josée Tardif a été élue avec le vote de 18,9 % des électeurs du district 6.

Appuis exprimés lors du scrutin municipal à Saint-Augustin. Tableau gracieuseté

Les élus de Saint-Augustin-de-Desmaures savent que l’élection par une minorité d’électeurs ne constitue pas un mandat fort. Aucun ne peut se vanter d’un profond appui de la part de la population. On peut espérer que chacun reconnaitra son devoir de consulter formellement et informellement tout au long de son mandat pour s’assurer que ses orientations et priorités demeurent en ligne avec la volonté de l’ensemble des résidents qu’il est censé représenter.  On peut espérer aussi que les élus feront une priorité de la réconciliation des intérêts des résidents des tours et des maisons afin que le mieux-être de tous soit pris en compte dans les décisions à venir.

Mais rappelons que la ville n’a pas de politique sur la consultation et que trop souvent, les citoyens n’ont appris qu’après coup les décisions qui les ont touchés : l’arrivée des tours n’est qu’un exemple.

Alors que faire? Espérer, oui, mais aussi demeurer aux aguets et relever quelques défis : le défi de s’intéresser à la vie municipale, aux délibérations du Conseil et aux décisions qu’il prendra. Le défi d’exercer notre influence auprès de nos représentants. Et celui de trouver des moyens de partager l’information entre nous et de se mobiliser, nous aussi, lorsque la situation le demandera afin que notre point de vue ait également du poids dans les décisions sur l’avenir de notre quartier.

Devant le risque d’être moins bien ou moins vigoureusement représentés, nous, les résidents des maisons des Bocages devrons être vigilants et, à l’occasion, proactifs sur la scène municipale pour ensemble protéger notre qualité de vie.

Félix Meisels, résident de Saint-Augustin et candidat défait dans le district 6 – Haut-Saint-Laurent

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Michel

    Le secteur des bocages aurait peut-être avantage à être annexé à la ville de Québec. Une réflexion pourrait être portée sur cette option.