Arts et spectacles
10:46 11 août 2022 | mise à jour le: 11 août 2022 à 12:41 Temps de lecture: 4 minutes

New Ending: «Les Chick’n Swell qui jouent de la musique et se séparent moins souvent!»

New Ending: «Les Chick’n Swell qui jouent de la musique et se séparent moins souvent!»
Photo: GracieusetéLambert Julien, Charles Lapointe et Guillaume Lévesque

Gagnante du Québec Rock Contest en 2019, la formation de rock-funk New Ending remontera sur les planches le 26 août prochain à La Source de la Martinière. Il s’agira d’un premier spectacle depuis le début de la pandémie pour le groupe originaire de la région de Québec.

Composé du Beauportois Guillaume Lévesque, du Charlesbourgeois Lambert Julien et de l’Émilois Charles Lapointe, la formation est active dans sa formule actuelle depuis 2017. Un premier album complet incluant le simple Cloud Nine a été lancé en pleine pandémie et un EP est actuellement dans le collimateur.

Le groupe affirme laisser une grande place à l’humour dans ses concerts, bien que la musique soit le principal attrait lors des événements les mettant en scène. «On veut faire rire, mais ce n’est pas notre accent principal. C’est un juste milieu entre on est sur scène et on joue, puis on fait des niaiseries et les gens sont divertis», expliquent Guillaume et Charles. À la blague, Charles ajoute que la formation est un peu «comme les Chick’n Swell qui jouent de la musique et se séparent moins souvent!».

Des influences variées

D’ailleurs, les portions humoristiques des concerts de New Ending sont plutôt «théatricales» aux dires des membres de la formation. Ces derniers, inspirés par la passion de Guillaume pour les Twisted Sisters, Kiss et Marilyn Manson de ce monde, sont généralement costumés sur scène. «On a développé beaucoup de petits thèmes autour de nos concerts. Un moment donné, on a fait un thème de camping. On avait une tente et un feu de camp sur scène», décrit Lambert. De son côté, Charles souligne que cet élément fait aussi en sorte que les spectateurs se souviennent plus facilement d’avoir vu la formation en spectacle. «J’ai du monde qui vient me voir et qui me dit “Je me rappelle de tel spectacle! Tu étais habillé en prête et c’était cool!”, indique-t-il.

De leur côté, Charles et Lambert expliquent que les membres de la formation n’ont pas nécessairement d’influences musicales communes. “On n’a pas vraiment un band en commun. C’est tellement un mix d’influence. On aime tous le rock et on connaît les gros artistes du genre, mais on a tous pris des tangentes différentes”, expliquent-ils. Au fil de la discussion, le batteur Charles précise qu’il a “grandi toute sa vie avec Billy Talent”, et qu’il est aussi influencé par des groupes de métal symphonique tels que Sonata Artica. Toutefois, Guillaume s’empresse de préciser qu’il s’agit d’influences personnelles et non pour l’ensemble du groupe. “Quand on joue ensemble, je dirais que ça sonne très rock-funk. Je suis le seul guitariste, je ne pourrais pas que faire des solos, il manquerait quelque chose. Même chose si je faisais juste des accords”, souligne-t-il.

Une pandémie qui casse le momentum

En 2019, le groupe remporte le concours Québec Rock Contest. Cela leur permet d’aller enregistrer en studio. Au moment de prévoir le lancement, la pandémie s’est invitée au party. Résultat, la formation a finalement lancé son premier opus sans vraiment tenir d’événement officiel. “Ça nous a coupé le vent dans les voiles. Notre point fort, ce sont nos spectacles. En faire devant sept personnes assises et masquées, ce n’était pas notre vibe”, expliquent Lambert et Guillaume.

Lors du concert prévu à la fin-août, les spectateurs pourront donc entendre les chansons de l’album pour la toute première fois en formule concert, mais aussi certains titres qui ne sont toujours pas parus encore.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.