Arts et spectacles
22:58 6 août 2022 | mise à jour le: 7 août 2022 à 00:01 Temps de lecture: 4 minutes

Cigale: Une première journée de rêve!

Cigale: Une première journée de rêve!
Photo: Jonathan Julien & Karl-Érik Bilodeau / Gracieuseté GESTEVL'islandais KALEO a conquis les milliers de spectateurs massés sur la plage de la Baie de Beauport samedi.

Les organisateurs de la première édition du festival Cigale ne pouvaient pas demander mieux comme première journée de l’événement. Le soleil a brillé à son maximum et le mercure a atteint 31 °C selon la station météorologique de la Baie de Beauport, où se déroule l’événement.

Température et localisation sur la plage obligent, il était plutôt rare de croiser des festivaliers vêtus autrement qu’en maillot de bain. Ceux-ci ont beaucoup profité de la plage et de l’espace baignade dans le fleuve St-Laurent. D’ailleurs, lors de la prestation de Marieme, native de Limoilou, on aurait pu compter ceux qui s’étaient installés devant la scène pour écouter son spectacle attentivement.

Sur le coup de 17 h, au moment où la formation montréalaise The Franklin Electric est montée sur scène, les spectateurs se sont massés en grand nombre devant cette dernière. C’est là qu’on a commencé à sentir un véritable intérêt pour la portion musicale de l’événement.

Des concessions populaires

Le passage de Forest Blakk tout de suite après fût moins populaire sur le parterre, mais sa musique plus tranquille pouvait inciter à aller chiller sur la plage après le spectacle plus énergique auquel les festivaliers venaient d’avoir droit. Cigale ayant mis de l’avant un côté plus épicurien, il s’agissait aussi d’un bon moment pour aller découvrir l’offre alimentaire particulièrement diversifiée offerte sur le site. Les festivaliers pouvaient d’ailleurs déguster pizza, produits du BBQ, desserts et fruits de mer. Un bar à huîtres était aussi aménagé sur le site. Pour certains, l’attente pouvait toutefois être particulièrement longue.

City and Colours et KALEO séduisent

Dallas Green de City and Colour / Photo: Jonathan Julien & Karl-Érik Bilodeau / Gracieuseté GESTEV

Au moment où le soleil commençait à descendre à l’horizon, Dallas Green que l’on connaît comme chanteur d’Alexisonfire est monté sur scène avec les membres de son groupe parallèle de musique acoustique, City and Colour. La formation était d’ailleurs l’une des deux têtes d’affiche de la soirée et a livré un spectacle qui a su plaire aux amateurs réunis sur la plage. Dès leur arrivée, on a senti le public heureux de les voir. Le spectacle, qui a débuté avec Living in Lightning, a compris un total de treize titres incluant les Hello, I’m in Delaware, Lover Come Back et We Found Each Other in the Dark.

Puis avant d’allumer un feu de camp géant dans un espace prévu l’exercice au milieu de la plage pour l’arrivée de KALEO, les festivaliers ont pu écouter Allan Rayman. Celui-ci est natif du Wyoming, mais habite maintenant à Toronto. Il a offert une prestation de qualité, particulièrement grâce à sa présence sur scène et ses mouvements de danse uniques et originaux.

Quant à KALEO, il est rapidement entré en communion avec la foule. Débutant son concert avec Break My Baby, il a poursuivi avec Broken Bones, et I Can’t Go On. Puis est venu le moment d’entonner All The Pretty Girls, une chanson certifiée or, qui était visiblement attendue par ses admirateurs qui se sont mis à chanter en chœur avec lui. L’islandais a plus tard raconté qu’il avait très peu dormi dans les derniers jours en raison de ses péripéties dans les aéroports, mais il a confié que «cela en valait la peine» puisqu’il appréciait sa visite dans la capitale. Au rappel, il a servi son succès Way Down We Go, No Good et Rock N Roller.

Au moment d’écrire ces lignes, le groupe français Kid Francescoli montait sur scène pour clore la soirée.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.