Culture
14:59 13 avril 2014 | mise à jour le: 13 avril 2014 à 14:59 temps de lecture: 3 minutes

À la recherche d’une oeuvre volée à Québec

LAC-SAINT-CHARLES ¬Il manque l’une des «Fenêtres sur le paysage». L’une des créations du projet de médiation culturelle de Lac-Saint-Charles, inauguré à l’automne dernier, est disparue.

Un membre de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord (APEL) a fait le constat et aussitôt, l’organisme a déclaré le vol aux policiers. Avis aux malfaiteurs, l’artiste ayant accompagné les citoyens, Florent Cousineau, confirme qu’elle est constituée d’aluminium et non de bronze ou de cuivre.

Le choix du matériau n’est pas anodin. «Je savais que ça ne durerait pas deux semaines en bronze ou en cuivre. Avec l’œuvre volée, le voleur n’obtiendra pas plus de sept à dix dollars une fois vendue sur le marché du métal», a fait remarquer M. Cousineau. La valeur de l’aluminium n’est pas très élevée. Selon lui, l’auteur du méfait n’obtiendra pas une somme intéressante s’il souhaite faire du profit. Ainsi, il l’invite à faire amende honorable et à rapporter la création.

Du côté de l’APEL, les employés demande à la population de partager  toute information pouvant aider à retracer la sculpture manquante. Une déposition a été faite auprès des policiers de la Ville de Québec, a confirmé le chargé de projets, William Verge. Ce dernier espère que l’enquête permette de trouver le suspect. Le crime aurait été commis entre le 18 janvier et le 27 mars dans le sentier linéaire de la rivière Saint-Charles à proximité du lac.

Le défi de protéger les œuvres d’art public

Le vandalisme et le vol sont les deux plus grands ennemis des œuvres d’art public, en plus des conditions climatiques québécoises. Comment faire pour les protéger adéquatement ? «Je ne sais pas. C’est une problématique. C’est sûr que c’est difficile même pour les œuvres au cœur de la Ville. Les plaques de bronze et de cuivre partent tout de suite», note Florent Cousineau.

Quant à l’emplacement, le site choisi pour le projet Fenêtres sur le paysage prenait tout son sens dans le sentier linéaire de la rivière Saint-Charles. «C’est ce que je trouvais intéressant dans le parcours», ajoute-t-il précisant que les œuvres dirigent le regard sur différents points de vue situés autant dans le bois que sur le lac. Florent Cousineau rappelle que les musées ne sont pas à l’abri des voleurs. Même avec les nombreux dispositifs de surveillance comme les caméras et les employés de sécurité, des créations de plusieurs centaines de millions de dollars se volatilisent.

L’éducation pourrait être la solution. «L’éducation de base, c’est là qu’elle est importante. […] Développer une sensibilité à l’art public au même niveau que le respect des lieux publics», conclut l’artiste.

Pour contacter l’APEL: (418) 948-0842 ou la police au 641-AGIRÀ lire pour en savoir plus sur le projet d’œuvres: Voir Lac-Saint-Charles avec le regard d’un autre (http://www.lactuel.com/Culture/2013-09-15/article-3390916/Voir-Lac-Saint-Charles-avec-le-regard-d%26rsquo%3Bun-autre/1 L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *