Culture
11:27 11 novembre 2014 | mise à jour le: 11 novembre 2014 à 11:27 temps de lecture: 2 minutes

Alphonse Boivin: photographe des derniers moments avant la grande traversée

HISTOIRE. Plusieurs résidents de La Haute-Saint-Charles ont pris part de près ou de loin à la Première Guerre mondiale. L’un d’entre eux s’est vu confier la tâche de capter sur pellicule les entraînements ayant cours au camp de Valcartier. Le Lorettevillois Alphonse Boivin avait sa Maison de la photographie à l’intersection des boulevards des Étudiants et Valcartier.

Dans les années 1910 et particulièrement à partir de 1914, le professionnel de l’image s’est donc rendu à plusieurs reprises sur le terrain qui est aujourd’hui la Base militaire de Valcartier. Nommé photographe officiel du camp militaire de la région de Québec, il a été sûrement parmi les derniers civils rencontrés par les contingents avant leur traversée en Europe. Comme l’histoire le révèle, plusieurs d’entre eux ne sont pas revenus.

La Société d’histoire de La Haute-Saint-Charles s’est vue confier par Roger Garon la documentation trouvée lorsqu’il a acquis la résidence d’Alphonse Boivin. Parmi 450 documents, 322 ont été traités rassemblant des portraits individuels, lors de mariages ainsi qu’à des activités populaires du quartier et enfin, au camp de Valcartier. Un Fonds Alphonse Boivin de près de 200 photographies a été constitué. Les hommes en uniforme sont immortalisés sur papier en groupe, en solo ou en action. Le résident de La Haute-Saint-Charles conservait les négatifs des clichés et plusieurs membres de familles de militaires ont contacté par écrit le photographe afin d’obtenir de nouveaux portraits. Ces lettres ont également été conservées.

 

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *