Culture
15:05 4 février 2013 | mise à jour le: 4 février 2013 à 15:05 temps de lecture: 3 minutes

Dur week-end pour les sœurs Bélanger

Anna-Rose, Marie-Fauve et Jade Bélanger, trois sœurs de Lac-Saint-Charles, ont fait équipe pour une seconde année au concours International de sculpture sur neige du Carnaval de Québec. Après avoir remporté la mention d’excellence de la Capitale-Nationale au Carnaval de Québec 2012, elles ont tenté à nouveau d’attirer les louanges des juges. Le prix, obtenu en 2012, a permis à l’équipe de participer au volet Canadien cette année en représentant la province de Québec.

Lors du passage de L’Actuel à la première journée de la compétition, les trois sœurs Bélanger avaient amorcé le travail sur l’immense bloc de neige. Au cours des trois journées de sculpture, elles ont travaillé le cube afin qu’il prenne la forme d’un marin assis dans sa barque. L’œuvre est un clin d’œil à la blague bien connue. C’est-à-dire Pète et Répète sont en bateau. Pète tombe à l’eau. Qui reste-t-il? À côté de l’embarcation entourée d’eau, une main pointe vers le ciel. Une peinture de Jade Bélanger a inspiré le thème.

«Le défi est technique et physique. Il faut avoir une vision en trois dimensions», explique Marie-Fauve. Cette dernière compte neuf ans d’expérience. Elle suit présentement une formation en sculpture. L’aînée, tout comme ses deux sœurs, est passionnée d’art.

Au bout des trois journées, c’est finalement le groupe du Yukon qui a épaté la galerie en raflant les trois distinctions avec une scène de pêche sur la glace. La compétition était élevée comme toujours, selon Marie-Fauve Bélanger. Les filles ont réussi à compléter la sculpture, mais elles ont manqué de temps pour fignoler l’oeuvre.

«C’était dur, mais c’était le fun», fait-elle valoir. Les conditions n’étaient pas faciles puisque les cubes de neige cette année contenaient beaucoup de glace. «Il a fallu enlever beaucoup de glace dans le bloc», explique Mme Bélanger. Les outils habituellement utilisés lors des compétitions sont aiguisés spécialement pour la neige ce qui a nécessité une adaptation. L’épreuve a donc été plus physique. Lors d’une prochaine compétition, les trois sœurs Bélanger songent à l’idée d’intégrer un membre masculin. La stratégie vise à rendre la tâche moins fatigante au niveau des muscles lors de l’étape destinée à enlever la neige superflue.

 

 

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *