Culture
10:29 26 mai 2022 | mise à jour le: 2 juin 2022 à 13:20 Temps de lecture: 3 minutes

Un premier roman jeunesse pour l’ex-animatrice Isabelle Tremblay

Un premier roman jeunesse pour l’ex-animatrice Isabelle Tremblay
Photo: Benjamin Aubert/MétroIsabelle Tremblay

L’ancienne animatrice radio et chroniqueuse dans divers magazines Isabelle Tremblay a renoué avec l’écriture au cours de la pandémie de COVID-19. Le 11 mai dernier, elle a lancé son tout premier roman jeunesse Dans l’univers des Narpins: On a perdu la coupe! publié aux éditions Pratico-Pratiques.

Du même coup, l’éditeur a ainsi lancé sa nouvelle collection jeunesse pour les enfants de 6 à 8 ans.

Le roman de près de 300 pages et écrit en gros caractères emmène le jeune lecteur dans l’univers des Narpins, une créature fantastique qui ne peut pas être vu par tous et dont l’apparence peut varier selon l’individu. Ces petites bêtes ont le pouvoir de créer des paréidolies, une illusion que l’on peut retrouver dans la nature. Par exemple, lorsque vous imaginez la forme d’un éléphant dans les nuages, il s’agit d’une paréidolie.

Dans ce premier tome, on suit l’histoire de la jeune Olivia, une des rares personnes à pouvoir voir les Narpins, et de son meilleur ami Frigule. Ce dernier est champion en titre du grand festival annuel de son peuple, mais la coupe qui lui a été remise disparaît quelque temps avant la nouvelle édition du festival, ce qui met en péril sa participation.

Illustration: Gracieuseté/Édition Pratico-Pratiques

Inspirée par ses filles

Mère de deux filles, Florence, 6 ans et Méliane, 9 ans, Isabelle Tremblay explique que celles-ci ont contribué au développement de son premier roman.

«Le goût d’écrire a toujours été là. En ayant de jeunes enfants, on lit des histoires tous les soirs et ça inspire. Pendant la pandémie, j’ai écrit deux histoires qu’on a publiées dans une formule d’histoire lue sur les réseaux sociaux et j’ai développé du matériel pédagogique avec quelques enseignants», raconte la résidente de Québec qui habite à la frontière des arrondissements de Charlesbourg et Beauport.

«J’ai parlé avec deux maisons d’édition par la suite, les discussions n’ont pas abouti. Puis, par un contact qui a changé d’emploi pour aller chez Pratico, j’ai su qu’ils souhaitaient s’engager dans la lecture jeunesse. J’ai eu des rencontres avec eux. Puis au fil des discussions, l’univers des Narpins que j’avais inventé avec mes filles est arrivé sur la table», poursuit-elle.

Bien que le processus d’écriture n’ait pas nécessairement excité les deux fillettes puisque ce n’était pas suffisamment concret pour elles, Mme Tremblay confesse qu’au moment de recevoir les premières copies imprimées du bouquin avant son lancement, «c’est devenu les deux semaines les plus difficiles de l’année» puisqu’elles avaient très hâte de le montrer à leurs copains et copines de classe.

Au cours des prochaines semaines, l’auteure ira à la rencontre des jeunes dans certaines classes de la région et du Saguenay. D’ailleurs, elle aimerait beaucoup que son roman puisse mener au développement de matériel pédagogique.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.