Culture
10:46 18 février 2021 | mise à jour le: 18 février 2021 à 10:46 Temps de lecture: 3 minutes

Les secrets des effets spéciaux

Les secrets des effets spéciaux
Photo: /Photo Métro Média - Perrine Gruson

Exposition. Une nouvelle exposition sur les effets spéciaux prend place au Musée de la civilisation jusqu’au 25 avril prochain. Effets spéciaux se penche sur les différentes techniques qui permettent de produire ce qui est difficile ou presque impossible à représenter sur les écrans. Du bureau au studio en passant par le plateau, tous les dessous des illusions visuelles sont montrés.

La première partie de l’exposition, Le bureau, explique toute la phase de préproduction, de l’écriture du scénario jusqu’à la mise en place du tournage comme les illustrations préparatoires aux effets spéciaux. On peut par exemple y voir les esquisses de Stephan Dupuis montrant la transformation de l’acteur Jeff Goldblum pour le film La Mouche de 1986.

La partie Le plateau s’intéresse à l’illusion du mouvement, en partant du travail des précurseurs comme George Méliès ou Charlie Chaplin. «Au début, c’était surtout des gens qui venaient du théâtre. C’était comme un travail de magiciens», explique Éric Falardeau, expert de contenu pour l’exposition. Miniatures d’objets pour représenter un «vrai» bateau, maquillage d’effets spéciaux, illusion de mouvement avec des techniques d’images superposées sont des artifices reconnus qui se sont améliorés au fil des ans.

La partie Le studio dévoile l’importance de la postproduction et donc, des nouvelles technologies et logiciels, ainsi que ses artisans, d’ailleurs souvent communs avec l’univers du jeu vidéo.

Exposition interactive

Le graphisme et l’arrivée des nouvelles technologies comme le <@Ri>motion capture<@$p> ne sont pas en reste, surtout que les visiteurs peuvent même essayer plusieurs des nouvelles technologies afin de faire une bande-annonce les mettant en vedette (qu’ils pourront conserver en souvenir en enregistrant le code QR de leurs bracelets sur le site du Musée). Le public pourra entre autres «être» un dragon et le faire voler au gré de ses mouvements dans une petite vidéo, il pourra aussi faire des «acrobaties» couchées sur des tapis de sol, mimant des figures, ou encore faire une danse des particules grâce au détecteur de mouvements.

L’expertise québécoise et canadienne

Si l’exposition a été conçue par la Cité des sciences et de l’industrie à Paris et adaptée par le Musée de la civilisation, il ne faut pas oublier que «les Québécois et les Canadiens sont parmi les meilleurs au monde pour les effets visuels», fait valoir Stephan Laroche, directeur général du Musée. On pense bien sûr aux studios d’animation reconnus comme Rodeo FX, mais les Québécois s’illustrent aussi dans d’autres domaines, comme le maquilleur prothésiste Érik Gosselin.

Des effets spéciaux chez soi

Pour prolonger le plaisir, le musée offre une boîte thématique sur le même thème que l’exposition. Disponible au coût de 24,95$, elle a pour but d’amuser enfants et parents pendant la relâche. Informations au mcq.org

 

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *